La Ligue des droits et libertés questionne le couvre-feu

·1 min read

COVID-19. Pour la Ligue des droits et libertés (LDL), l’annonce d’un couvre-feu fait en sorte qu’on évacue encore une fois la question de la responsabilité du gouvernement dans la lutte contre le coronavirus et les véritables solutions collectives. «En imposant le premier couvre-feu depuis Octobre 70, le gouvernement traite encore une fois cette crise de santé publique comme un enjeu de sécurité publique. Et nous sommes en droit de se demander : comment le gouvernement compte-t-il faire respecter ce couvre-feu?», demande Alexandra Pierre, présidente de la LDL qui s’inquiète particulièrement pour les itinérants.

«Et qui risque d’être davantage visé par cette mesure ? Les personnes déjà surinterpellées par la police, et en particulier les gens vivant dans la rue. Ces gens ne vivent pas dans la rue par plaisir. La plupart du temps, c’est parce qu'ils n’ont pas d'autre choix car ils n'ont pas de toit. Nous craignons que cette communauté déjà grandement vulnérable au virus, entre autres choses, le soit encore davantage avec l’instauration de cette mesure. Et quand on sait que les refuges qui ont été mis sur pied sont aussi touchés par le virus, on peut comprendre que ces personnes ne veulent pas aller s’y réfugier, que ce soit à 20h ou à 23h!», Alexandra Pierre.

Stéphane Lévesque, Initiative de journalisme local, L'Hebdo Journal