La maman chat: un chiffre d’affaires plus que triplé en pandémie

·4 min read

Pour certains, le contexte inhabituel de la dernière année aura étonnamment eu des bienfaits. L’importance de l’achat local a été une valeur partagée par plusieurs, ce qui a grandement bénéficié à l’entreprise saguenéenne d’accessoires et de vêtements pour toute la famille, La maman chat. En effet, Joannie Girard, la créatrice derrière ce commerce, a vu son chiffre d’affaires tripler et même presque quadrupler dans la dernière année.

Il y a environ une dizaine d’années, Joannie a suivi un cours de couture. Mais rapidement, la vie l’a emmené ailleurs alors qu’elle s’est jointe aux Forces canadiennes, ce qui fait qu’elle a déménagé au Nouveau-Brunswick. Là-bas, elle a rencontré son conjoint. Lorsque le couple attendait son premier enfant, le duo a décidé de quitter les forces pour venir s’établir ensemble à Saguenay.

À son retour, sa tante lui a offert de prendre les machines à coudre ainsi que la surjeteuse familiale. « Elle trouvait que j’avais la fibre artistique et que je pouvais peut-être développer quelque chose et m’amuser avec ça », raconte la jeune entrepreneure de 26 ans.

À partir de ce moment, la maman à la maison a commencé à coudre pour ses enfants. Afin de démontrer à ses proches ses créations, elle a lancé la page Facebook, La maman chat. « Ç’a vraiment décollé à partir de ce moment-là. Je ne m’attendais pas du tout à ça, que ça devienne aussi gros et encore plus maintenant avec la pandémie. C’est incroyable », se réjouit-elle. Elle se souvient de la première fois qu’une personne était intéressée par l’un de ses produits, elle n’y croyait pas ses yeux !

Au fil du temps, Joannie a testé de nouveaux produits, ce qui fait qu’elle compte maintenant une foule de réalisations. Ses créations de vêtements et d’accessoires sont très diversifiées. On retrouve parmi ses réalisations, des robes, leggings, chouchous pour cheveux, bandeaux, sous-vêtements pour enfants, boxeurs pour adultes ou enfants, couvertures et bien plus. Elle s’intéresse également au mode de vie zéro déchet avec entre autres des sacs à collations et des lingettes démaquillantes en flanelle et ratine de bambou.

Son inspiration pour ses différentes créations lui vient surtout de ses enfants. Mais, elle avoue aussi qu’elle trouve beaucoup d’idées à partir des tissus qu’elle commande. Même si la pandémie a eu son lot d’effets négatifs, pour le commerce La maman chat, c’est plutôt le contraire. « Avec la pandémie, les gens ont vraiment prôné l’achat local, ce qui fait que mon chiffre d’affaires a plus que triplé, quasiment quadrupler », souligne-t-elle.

Au moment d’écrire ses lignes, la jeune femme comptait plus de 2 500 personnes qui aimaient la page de son entreprise. Sa communauté a bien sûr grandi avec les années, mais certains événements comme des concours ou encore son passage au Marché de Noël européen de Saguenay lui ont permis de se faire davantage connaître.

Ses projets Il est certain que la couturière ne veut pas s’asseoir sur ses lauriers. Toujours en train de plancher sur de nouveaux modèles, Joannie travaille présentement sur une collection de vêtements de sport, qui est déjà très appréciée par sa clientèle. Un premier morceau, une paire de leggings, a été récemment dévoilé et il a sans aucun doute attiré l’attention de plusieurs sur la toile.

Son site Web est présentement en préparation, un projet sur lequel la jeune entrepreneure travaille d’arrache-pied. Elle aimerait voir son entreprise encore plus grandir et pense qu’un site Web pourra l’aider à réaliser cet objectif. Elle aimerait aussi voir ses créations dans des boutiques, alors qu’elle compte pour le moment qu’un seul point de vente physique dans Lanaudière. Ses ventes se font donc majoritairement en ligne, via sa page Facebook, mais Joannie peut envoyer les commandes par la poste pour celles faites à l’extérieur de la ville.

Elle ne peut nier qu’elle aimerait également avoir un jour une boutique avec ses produits, mais pour l’instant, elle se contente de la vente en ligne. La créatrice veut avant tout continuer à faire de nouveaux produits et s’assurer de la satisfaction de ses clients après chaque vêtement et accessoire vendu. Pour communiquer avec Joannie ou pour voir ses créations, il faut visiter sa page Facebook ou encore sa page Instagram La maman chat.

Myriam Arsenault, Initiative de journalisme local, Le Quotidien