La MDJ de Natashquan met la main à la pâte

·5 min read

La Maison des jeunes L’Entre-deux-Tournants de Natashquan lancera bientôt un livre de recettes inusité : il ne contiendra que des mets traditionnels acadiens ou innus.

Renée Lapierre est tout sourire lorsqu’elle s’assoit à la grande table de la cuisine colorée où siègent habituellement les jeunes qui fréquentent la Maison des jeunes. Les yeux de la coordonnatrice s’illuminent lorsqu’elle parle du livre de recettes, un projet qui lui est cher. L’idée avait germé en 2018 lorsqu’elle a pris les rênes de L’Entre-deux-Tournants, qui venait tout juste de déménager dans de nouveaux locaux, mais ne s’est concrétisé qu’en septembre dernier. Quatre mois, 110 pages et un nombre incalculable d’heures de travail plus tard, le livre de recettes est presque prêt à être envoyé en impression.

« Je ne pensais pas que ce serait si prenant », badine Renée. La recherche de recettes, notamment, a exigé beaucoup de recherche et de coordination avec les jeunes qui participaient au projet. L’équipe et les ados ont « fouillé dans les vieux livres de recettes des tantes et des grands-mamans et feuilleté les recettes écrites à la main » pour mettre le grappin sur les mets acadiens et innus qu’ils voulaient incorporer au livre.

Finalement, il comportera 50 recettes traditionnelles, détaillées et imagées. Certaines sont plus complexes – un pot-au-pot aux coques, par exemple –, d’autres plus basiques, « mais elles ont toutes un petit quelque chose de différent », assure Renée. Une rumeur court, au village, disant que Gilles Vigneault lui aurait confié sa recette de saumon braisé…

Une attention particulière a été portée à l’intégration de produits locaux, tels que de l’orignal, des fruits de mer et des graines rouges [NDLR : airelles vigne d’Ida] dans les listes d’ingrédients. Les futurs acheteurs reconnaîtront les saveurs et les mets de la région – ainsi que certains visages familiers.

C’est le conjoint de Renée, Michel Goulet, qui s’est chargé de la prise de photos et de la mise en page du livre, en plus d’agir en tant qu’animateur à temps partiel à L’Entre-deux-Tournants. Renée espère pouvoir faire imprimer environ 300 exemplaires, qui seront en vente pour une vingtaine de dollars chacun.

Deux tasses de motivation et une pincée de pédagogie

Avant d’en arriver à la création d’un livre de recettes, il fallait d’abord commencer par la base. Grâce à l’aide financière de 6940 $ obtenue dans le cadre du Programme de subvention en sécurité alimentaire du Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de la Côte-Nord, la Maison des jeunes a pu acheter de l’équipement de cuisine et mettre en branle son projet intitulé « À la découverte du monde culinaire » à l’automne 2019. Renée Lapierre a ensuite approché Marie-Ève Gagnon, résidente de Natashquan, pour qu’elle pilote les ateliers culinaires, ce qu’elle a accepté. « Marie-Ève a fait un gros tableau avec ce que les jeunes connaissaient, ce qu’ils aimaient, ce qu’ils n’aimaient pas et ce qu’ils voulaient découvrir », relate Renée. « On leur a fait découvrir plein de trucs, comme les avocats, et moi-même j’ai découvert des choses que je ne connaissais pas. »

Les jeunes ont également pu profiter de formations en hygiène et salubrité alimentaires, et aussi apprendre les rudiments d’une alimentation saine. Renée Lapierre rappelle que les ados doivent quitter la maison pour poursuivre leurs études secondaires ailleurs assez tôt. « À 14 ans, tu pars déjà à Havre-Saint-Pierre. Tu n’es pas obligé d’aller à la cafétéria pour tes soupers, tu peux les faire toi-même. Puis à 16-17 ans, il faut que tu sois autonome parce que tu t’en vas au cégep et en appartement. »

L’intérêt des jeunes pour la cuisine continue de se développer, ce qui pousse Renée à proposer un second projet d’ateliers culinaires, celui-là plutôt axé sur le « partage intergénérationnel autour de l’alimentation ». Intitulé « Ateliers MIAM », ce projet voulait rassembler grands-parents et petits-enfants autour des fourneaux et comprenait la création d’un livre de recettes. Le CISSS de la Côte-Nord a accepté de financer le volet intergénérationnel mais pas le livre de recettes. Renée a cependant plus d’un tour dans son sac et envoie une demande de subvention auprès du Secrétariat à la jeunesse du Québec.

« Ils nous ont donné 10 000 $ spécifiquement pour le livre de recettes. J’ai même une lettre d’appui du premier ministre François Legault, j’en suis bien fière! », s’égaie l’ex-animatrice de la radio CKNA de Natashquan. Les ateliers MIAM ont toujours lieu à raison d’une fois par semaine sous la supervision de Renée, Michel ou Sandra Landry, également animatrice à temps partiel à la MDJ. Quelques aînés sont venus cuisiner avec leur petit-enfant, dont trois kukums de la communauté de Nutashkuan. Les jeunes ont d’ailleurs de moins en moins besoin de l’aide des adultes, constate Renée.

Depuis quelques mois, ce n’est plus surprenant de voir les jeunes cuisiner leurs soupers lors des soirées à L’Entre-deux-Tournants. Ce sont eux qui proposent leurs idées de recettes à Renée pour les ateliers et les requêtes ne tarissent pas. « Je me suis fait demander des moules pour faire des gaufres et pour cuisiner d’autres choses qui sont simples mais qui doivent être apprises. Il y a toujours quelque chose à apprendre, même pour les adultes! »

Laurence Dami-Houle, Initiative de journalisme local, Le Portageur