La microbrasserie gaspésienne Pit Caribou se distingue au Brussels Beer Challenge

·2 min read

La microbrasserie gaspésienne Pit Caribou s’est illustrée à l’international, ses bières décrochant cinq prix au Brussels Beer Challenge, l’un des concours brassicoles les plus prestigieux de la planète.

L’entreprise de l’Anse-à-Beaufils, près de Percé, peut se targuer de vendre parmi les meilleures bières du monde. Les microbrasseries ont remporté cinq prix au prestigieux concours Brussels Beer Challenge, où près de 1800 bières étaient inscrites. Il s’agit de la troisième participation au concours pour Pit Caribou, qui avait remporté respectivement un et trois prix lors de ses dernières participations. «On ne s’attendait vraiment pas à ça. Sur un maximum de six bières, on a remporté cinq prix. C’est fou raide», se réjouit le copropriétaire, Jean-François Nélisse.

La Gaspésienne no 13, la Blonde du pêcheur, la Gose du Barachois et la Bonne Aventure se retrouvent sur la première marche du podium, toutes récipiendaires de médailles d’or. La Gaspésienne no 13, une bière noire «robuste à la texture crémeuse» en est à sa septième récompense internationale. La Conqueror, une IPA, a de son côté remporté la médaille de bronze.

«Ça a été une surprise, surtout pour la Blonde du pêcheur. Normalement, c’est une bière d’été limitée pour la Maison du Pêcheur de Percé. On l’a mise en bouteille pour la première fois cette année pour aider les commerçants locaux. On savait qu’elle était bonne, mais c’était la première fois qu’on la comparait au niveau international», explique M. Nelisse

Augmentation de la capacité

Au cours des derniers mois, la microbrasserie gaspésienne, qui a aussi pignon sur rue à Montréal, a considérablement augmenté sa capacité de production afin de répondre à la demande. Les brasseurs ont produit près de 30% de bière de plus que l’année dernière, et les propriétaires comptent bien continuer à augmenter le volume de bière produit au cours des prochains mois. «On a reçu quatre nouveaux fermenteurs cet été, ce qui nous permet de produire 300 000 litres de plus par année. C’est non-négligeable et ça va nous permettre de développer de nouveaux marchés», note M. Nélisse.

Au cours de la saison estivale, la brasserie Pit-Caribou emploie près d’une quarantaine d’employés dans ses succursales de Percé et de L’Anse-à-Beaufils, en plus d'environ 25 personnes dans son usine de production.

Simon Carmichael, Initiative de journalisme local, Le Soleil