La ministre de la Santé de l'Ontario contredit la vérificatrice générale

·2 min read

ÉMILIE PELLETIER

Initiative de journalisme local — Le Droit

La vice-première ministre de l’Ontario et ministre de la Santé Christine Elliott est en désaccord avec « certains aspects » du plus récent rapport de la vérificatrice générale, dévoilé mercredi.

Le document de 260 pages qui porte sur la préparation et sur la gestion du gouvernement Ford face à la COVID-19 déposé mercredi matin par la vérificatrice générale « est à bien des égards une description erronée de la réponse de la province à la pandémie », selon la ministre Elliott. À LIRE AUSSI : Le gouvernement Ford a réagit plus lentement que les autres

Le Dr David Williams sous la loupe de la vérificatrice générale

Malgré les nombreuses failles soulignées par la vérificatrice à l’endroit du médecin hygiéniste en chef de l’Ontario, la ministre de la Santé continue de se porter à sa défense et de réitérer son appui.

« J’ai une confiance complète envers le Dr Williams. Il a plus de 30 ans d’expérience, non seulement au niveau provincial mais aussi local. Il a le savoir de continuer et de nous mener à travers la pandémie. Il a été un vrai leader à travers cette pandémie. »

Elle réfute aussi l’affirmation de la vérificatrice générale selon laquelle le Dr David Williams n’a pas dirigé l’intervention du gouvernement face au virus.

« Il nous a fourni des recommandations depuis la première journée. »

Ce n’est pas vrai que l’Ontario a réagi plus lentement que les autres provinces, a aussi relaté Mme Elliott.

Quelques minutes après le dépôt du rapport, le bureau de la ministre a envoyé aux médias un tableau qui compare les données de la COVID-19 de l’Ontario à celles des juridictions autour, afin d’appuyer son argument voulant que la situation en Ontario est l’une des moins pires en Amérique du Nord.

La vérificatrice générale surprise par cette réponse

Bonnie Lysyk s’est dite un peu surprise par les propos de la ministre Elliott en réponse à son rapport.

La vérificatrice a fait savoir en conférence de presse que des bureaucrates de haut niveau du gouvernement Ford ont approuvé son rapport.

Elle aussi rappelé que son objectif n’est pas de blâmer personne, mais bien de répondre aux failles mises en lumière par son Bureau.

Émilie Pelletier, journaliste, Initiative de journalisme local, Le Droit