La pandémie n’arrête pas Les Trafikants

·2 min read

Huit étudiants du Cégep de Chicoutimi s’envolent habituellement chaque année depuis près de 20 ans à Bordeaux, en France, au printemps, pour participer à un tournoi d’improvisation. En raison du contexte actuel, ils ne pourront évidemment pas y aller cette année, mais ont tout de même décidé d’organiser l’activité en virtuel le 7 avril prochain.

Habituellement, c’est au mois de mai que les étudiants font le voyage jusqu’en France, où ils font également une tournée des lycées et suivent des formations. Ils visitent le Nouveau Festival et participent à des matchs d’improvisation. Ils sont les seuls représentants du Canada à participer à ce tournoi.

En raison de la pandémie, le Cégep a dû annuler son voyage, en mai dernier, et se retrouve encore dans la même position pour celui qui était prévu en mai 2021. Le festival est même annulé.

Toutefois, le Cégep de Chicoutimi tenait tout de même à organiser une activité avec ses collègues de l’autre bout de la planète.

« Nous leur avons donc proposé de faire un match interculturel, en virtuel », explique Kathy Lapointe, conseillère à la vie étudiante, services aux étudiants, du Cégep de Chicoutimi, lors d’un entretien téléphonique avec Le Progrès.

Une première réussie

Ce ne sera pas la première fois que l’équipe d’improvisation du Cégep de Chicoutimi, Les Trafikants, se servira d’une plateforme virtuelle pour pratiquer son loisir préféré. Ses membres ne laissent pas la pandémie les empêcher de se pratiquer et même faire des tournois. Ils ont d’ailleurs gagné le premier tournoi de la saison du Réseau intercollégial des activités socioculturelles du Québec (RIASQ), qui se tenait en virtuel, en novembre dernier.

Mme Lapointe avoue avoir été un peu sceptique à l’idée, mais a aussitôt changé d’avis après avoir assisté à ce tournoi.

« Je me suis demandé si c’était vraiment possible de le faire, mais j’ai assisté au match et c’est très faisable. C’est même super le fun », continue la conseillère à la vie étudiante.

En plus, le Cégep peut de cette façon continuer à entretenir les liens avec le Festival pour que, quand tout reviendra à la normale, les étudiants du Cégep de Chicoutimi puissent retourner en France et poursuivre leur tradition.

Lors de l’événement, six des douze membres de l’équipe de Chicoutimi prendront part à l’activité et affronteront six jeunes Français. Comme si l’événement était tenu en présentiel, il y aura un arbitre, des spectateurs et même de l’animation, tout en virtuel.

Tout en se préparant à cet événement, l’équipe du Cégep de Chicoutimi diffusera, à compter du 4 février prochain, ses matchs en ligne. Le premier sera interéquipe, tandis que les autres seront contre d’autres cégeps de la province.

Myriam Arsenault, Initiative de journalisme local, Le Quotidien