La Poignée de clous : l’art du sketch made in Lac-Saint-Jean

Serge Tremblay, Initiative de journalisme local
·2 min read

Créer des sketchs humoristiques mettant en vedette différents talents de chez nous, le tout avec une touche professionnelle. C’est le mandat que s’est donné le collectif La Poignée de clous, formé d’un groupe d’artistes et de comédiens du haut du lac.

Le premier sketch tourné par l’équipe de La Poignée de clous a été lancé le 18 octobre dernier sur Facebook et avait, au moment d’écrire ces lignes, déjà obtenu près de 6 000 visionnements. Un départ qui a de quoi réjouir les membres du collectif.

« C’est vraiment le fun, les gens nous ont écrit pas mal de commentaires et on a une très bonne réponse. Il y a même du monde du Saguenay qui sont comédiens qui m’on écrit pour me dire qu’ils seraient intéressés à venir jouer dans un sketch », souligne l’humoriste Mat Lévesque, qui est à l’origine du projet avec le comédien et joueur d’impro Pierre-Yves Bédard.

Cette première capsule vidéo contient quelques petites perles humoristiques, un peu d’absurde et s’inspire d’une anecdote réelle qui a été poussée à l’extrême.

Origine

La Poignée de clous a pris naissance au cours du mois d’août et découle tout simplement du goût de jouer et de créer.

« Ça faisait un moment que j’avais le goût de recommencer à faire du sketch. J’en ai fait beaucoup dans le passé par moi-même, mais j’avais le goût de quelque chose de plus pro. J’ai approché Pierre-Yves Bédard et il a embarqué. En même temps, le but c’est de faire jouer des gens d’ici. On a plein de joueurs de la ligue d’impro qui participent. »

Mat Lévesque et Pierre-Yves Bédard s’occupent conjointement des textes et de la scénarisation et ils ont fait appel à l’artiste multidisciplinaire Mélanie Saint-Germain pour le tournage et la réalisation dans le but d’avoir un produit professionnel.

Travail

Mine de rien, il y a beaucoup plus de travail qu’on ne le pense pour créer un sketch d’une durée de 3 minutes. En tout, une dizaine d’heures sont nécessaires pour arriver au produit fini.

Le collectif ne souhaite donc pas se mettre trop de pression pour sortir du matériel en quantité. Pour le moment, trois sketchs ont été tournés et on vise à en faire quelques autres au cours de l’hiver sans se donner un échéancier serré.

Comme le dit Mat Lévesque : « C’est comme une pierre au rein, ça sort quand ça sort! »

Serge Tremblay, Initiative de journalisme local, Le Lac St-Jean