La propagation de la COVID dans les Laurentides reste stable

·2 min read

En date du 4 novembre, la MRC de La Rivière-du-Nord compte 67 cas actifs et la MRC des Pays-d’en-Haut compte 20 cas actifs. Elles ont respectivement 1 434 cas et 364 cas confirmés depuis le début de la pandémie. Il y a 6 545 cas confirmés au total dans la région des Laurentides, dont 5 831 sont guéris.

Le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) des Laurentides tenait une conférence téléphonique jeudi pour faire le point sur la pandémie dans les Laurentides. La situation reste stable, mais les autorités demeurent vigilantes.

Les présents paliers d’alerte sont maintenus pour le moment. Si la situation est stable en zone rouge, il y a d’importantes variations journalières en zone orange, ce qui rend la progression du virus plus imprévisible. On note tout de même une légère augmentation des cas dans les régions plus au nord.

Les principaux foyers d’éclosion de la région demeurent les écoles et les milieux de travail.

15 milieux de vie, comme des CHSLD, sont touchés par le virus, et 9 sont officiellement en éclosion (2 cas ou plus). Il y a 47 cas actifs parmi les résidents, un nombre qui reste relativement stable depuis un mois.

À l’hôpital de Saint-Jérôme, 4 unités sont en éclosion. 42 patients et 10 employés sont touchés. Un dépistage massif au courant des derniers jours permet toutefois de reprendre le contrôle, et on enregistre une diminution progressive des cas. En moyenne, 700 dépistages par jour sont faits dans les hôpitaux de la région.

Au niveau de la santé mentale, près de 400 personnes sont en attente de service, mais le délai d’attente est, en moyenne, d’une vingtaine de jours. Si une personne est en situation de crise ou qu’il y a un risque immédiat pour sa sécurité ou celle des autres, le service se donne le jour même. Il y a aussi une augmentation de 30% des appels à l’Info-Social 811 dans les Laurentides.

Comme les décrets du gouvernement provincial n’interdisent pas les déplacements entre les régions, il sera possible à des personnes en zone rouge d’aller skier en zone orange. Elles devront toutefois se conformer à des consignes différentes. Par exemple, elles ne pourront pas entrer à l’intérieur des centres de ski.

La santé publique des Laurentides s’apprête d’ailleurs à visiter l’ensemble des centres de ski de la région. Un expert en prévention des maladies infectieuses et un expert en santé au travail seront jumelés pour réaliser cette tournée. Ils s’assureront que les centres sont adéquatement préparés et pour identifier les améliorations possibles.

Simon Cordeau, Initiative de journalisme local, Journal Accès