Comment la science ouverte peut s’inspirer du libre accès aux données publiques