La Semaine québécoise des rencontres interculturelles

Moulay Hicham Mouatadid, Initiative de journalisme local
·4 min read

Du 19 au 25 octobre, La Mosaïque, l’association interculturelle d’accueil et d’intégration des immigrants en Abitibi-Témiscamingue a présenté une série d’activités dans le cadre de la Semaine québécoise des rencontres interculturelles. La Mosaïque a préparé une programmation très riche et diversifiée, mais surtout très adaptée au contexte de la pandémie. « La 18e Semaine québécoise des rencontres interculturelles (SQRI) a eu lieu du 19 au 25 octobre 2020 sous le thème Notre Québec en commun. L’attachement pour le Québec est le point commun unissant les Québécoises et les Québécois de toutes origines. La contribution de tous au développement de la société québécoise et à la vitalité du français permet au Québec de grandir. Nous avons découvert ici cette contribution et des informations méconnues sur la réalité de l’immigration et de la diversité ethnoculturelle du Québec » nous fait savoir Jonathan Barette, chargé de projet en animation de l’association La Mosaïque.

Beaucoup de préparation

Les circonstances de la COVID-19 ont eu un impact remarquable sur l’organisation de la logistique et le déroulement de l’événementiel de cette année. « Comme partout ailleurs au Québec, l'émergence de la COVID-19 a limité son champ d'action, ce qui veut dire, pour des questions sanitaires, pas davantage de repas-partage entre les membres, de type potluck. La Mosaïque le fait donc aussitôt après les ateliers de cuisine avec les enfants. Bien qu'ils se révèlent un franc succès, ces dernières activités exigent beaucoup de préparation et d'énergie à y consacrer » nous explique monsieur Jonathan Barette. « Il en fut de même aussi pour d'autres événements, qui ont entraîné un surcroît de travail et de logistique, lors des tams-tams et des films extérieurs, ce qui demande de déplacer de l'équipement dehors, le montage de chapiteaux, de tenir un registre des participants, d'ériger un cordon de sécurité, d'assurer les entrées et les sorties, etc. Également, la quasi-interruption des activités a retardé l'embauche d'un chargé de projet à l'animation, qui est entré véritablement en fonction à la fin juillet » a-t-il ajouté.

Des défis à surmonter !

L’engagement sérieux et persévérant de La Mosaïque lui a permis de révéler tous les défis causés par la sensibilité de la conjoncture. « Les défis auxquels nous avons fait face durant la COVID-19 sont de voir une certaine clientèle plus craintive, notamment plus âgée, à assister à des activités en présentiel. Les normes sanitaires font aussi en sorte que nos ateliers de cuisine doivent se faire dorénavant en virtuel. Également, le volet organisationnel demande un surplus de travail, voire davantage d’employés consacrés à la tenue des activités, ne serait-ce que pour le nettoyage avant et après les événements. Également, vu que nous avons dans notre mandat d’aller en milieu scolaire et que l’accès présentiel au secondaire et post-secondaire nous est interdit, nous avons fait de la sensibilisation par des voies détournées, c’est-à-dire par exemple auprès du primaire/préscolaire, à la Maison des jeunes, auprès des cadets de la marine, ou à la bibliothèque municipale » soutient le chargé de projet en animation de l’association.

Des sondages pour mieux intégrer

Toujours dans cadre de la Semaine québécoise des rencontres interculturelles 2020, la MRC de Témiscamingue (MRCT) invite la population à répondre à trois sondages dans le but de poursuivre les efforts afin de devenir un territoire attractif et inclusif pour tous les nouveaux résidents qu’elle accueille.

La MRCT compte sur la collaboration des citoyens et la population du Témiscamingue afin de mieux cerner les enjeux et les défis du territoire en tant que terre d’accueil, en plus de guider les travaux d’écriture de la Politique pour l’établissement durable des personnes immigrantes au Témiscamingue.

« Nous avons une volonté affirmée d’attirer des nouveaux résidents chez nous, et nos mécanismes d’accueil actuels sont déjà appréciés. Nous souhaitons que ces nouveaux arrivants se sentent bien chez nous rapidement, qu’ils s’intègrent et participent à la vie communautaire et qu’ils aient le goût de rester. Alors pour donner encore plus de poids à nos actions, ces sondages permettront à la MRC et aux divers partenaires de mieux connaître les réalités et ainsi orienter les prochaines actions pour améliorer notre attractivité, être de plus en plus accueillants et faciliter notre capacité de rétention », affirme la préfète Claire Bolduc. À noter que les sondages Web, dont les versions anglaises seront disponibles, circuleront jusqu’à la mi-novembre et sont accessibles via la page Facebook de la MRC de Témiscamingue et le site Web.

Moulay Hicham Mouatadid, Initiative de journalisme local, Reflet Témiscamien (Le)