La semaine de relâche remise au mois d’avril en Ontario

·2 min read

ÉMILIE PELLETIER

Initiative de journalisme local — Le Droit

Les Ontariens n'auront pas de March Break cette année. Le gouvernement Ford a plutôt décidé de reporter la semaine de relâche au 12 avril.

Le ministre de l’Éducation Stephen Lecce a annoncé, jeudi après-midi, que la province repousse la semaine de relâche, prévue du 15 au 19 mars, à la semaine du 12 avril.

Stephen Lecce affirme que la décision a été prise afin de réduire les déplacements, alors que les préoccupations face aux variantes de la COVID-19 s’accumulent.

La décision a été prise en consultation avec les agents de santé publique, a-t-il précisé en conférence de presse.

« Il est de la plus haute importance que nous ne voyagions pas en ce moment. »

— Stephen Lecce, ministre de l’Éducation

Le ministre de l’Éducation demande par ailleurs la coopération des écoles privées pour qu’elles imitent le gouvernement en déplaçant la semaine de relâche à la même date.

Il a souligné que reporter plutôt que d’annuler la semaine de repos est une façon importante de contribuer à limiter la transmission communautaire du coronavirus et de ses variantes.

Épuisement

Pourtant, le NPD a urgé le gouvernement, plus tôt cette semaine, de ne pas annuler ou reporter la semaine de relâche du mois de mars, soulignant que les élèves et les enseignants sont épuisés et anxieux en raison de l’apprentissage en ligne et des mesures sanitaires.

«Il est de la plus haute importance que nous ne voyagions pas en ce moment», a toutefois prévenu le ministre, inquiet que la province atteigne à nouveau le sommet des cas de COVID-19 du temps des fêtes.

Depuis le début de l’année 2021, les élèves effectuent un retour graduel à l’école. Les élèves du nord de l’Ontario y sont depuis la mi-janvier, ceux d’Ottawa et de l’Est ontarien depuis le 1er février, et les élèves des régions plus durement touchées par la transmission du virus, soit Toronto, Peel et York, devraient retourner en classes dès le 16 février.

Émilie Pelletier, journaliste, Initiative de journalisme local, Le Droit