La vie en couleurs pastel

·2 min read

Suzanne Ferland, 63 ans, pastelliste, vous transporte dans son univers et vous offre ce goût d’ailleurs. À chaque dessin son festival de couleurs ! Douceur et sérénité, des tonalités profondes allant du posé au flashy, sa palette est large !

Jusqu’au 3 février, elle présente 14 dessins à l’hôpital de Val-des-Sources.

Madame Ferland a connu une longue carrière dans l’enseignement, d’abord comme professeure, puis comme directrice d’école. « Envahie par les exigences de mon travail, je me suis permis une année sabbatique en guise de pause et j’en ai profité pour m’offrir des cours de dessin, raconte-t-elle. En dessinant, je pouvais me poser, respirer, entrer dans une bulle et me faire plaisir ! Un état d’être que je souhaite à tous. »

Une technique artistique millénaire

« Après avoir étudié le dessin, j’ai exploré l’huile et l’aquarelle, mais c’est le pastel qui me procure le plus de satisfaction, poursuit-elle. C’est une façon simple d’approcher la couleur. Le bâtonnet, vous le tenez dans votre main, vous travaillez le pigment en direct. Peu connue au Québec, cette technique a néanmoins traversé les siècles ! Pensez aux premiers dessins de l’humanité dans les grottes, comme à Lascaux. Ils ont été réalisés à partir de craies faites de minéraux qui ont été travaillés, amalgamés avec toutes sortes de choses. Une méthode artistique très pure. Une grande quantité de bâtons de couleurs est nécessaire pour obtenir l’effet escompté. Aussi, quand j’entre dans une boutique, c’est comme si je me retrouvais dans un magasin de bonbons ! »

L’année dernière, elle a effectué un stage en Bretagne près du mont Saint-Michel, l’une des merveilles du monde, un séjour qui s’est révélé une étape importante. « Nous étions six personnes accompagnées de notre enseignante, explique-t-elle. Chaque jour, nous nous exercions au pastel en plus de rendre visite à des pastellistes dans leur atelier. J’y ai rencontré des artistes beaucoup plus âgés, et c’est rassurant, car j’y trouvais la confirmation que je pouvais ainsi créer jusqu’à la fin de mes jours ! J’aimerais tant convaincre les gens que l’art n’est pas forcément synonyme d’idéaux extraordinaires, mais qu’il procure plus simplement un bien-être qui ne demande qu’à s’apprécier. »

Ses thèmes favoris ? La beauté des paysages, la lumière sans pareille de la campagne, de l’aube au crépuscule. L’artiste rappelle l’importance de toujours voir et apprécier la beauté qui nous entoure.

facebook.com/Suzanne-Ferland-Pastelliste

Mireille Fréjeau, Initiative de journalisme local, Journal L'Étincelle