L'augmentation des cas en Haute-Côte-Nord inquiète Dr Fachehoun

·2 min read

En entrevue au journal Haute-Côte-Nord, le médecin spécialiste en santé publique et médecine préventive au CISSS de la Côte-Nord, Richard Fachehoun, a confirmé que la situation était inquiétante en Haute-Côte-Nord en raison de l'augmentation du nombre de cas de COVID-19, dont ceux dans les écoles primaires.

« Les cas sont beaucoup plus élevés qu'on s'attendait dans la MRC de la Haute-Côte-Nord », indique Dr Fachehoun.

Selon ce dernier, la hausse du nombre des infections à la COVID-19 dans une petite communauté augmente les risques que les personnes vulnérables soient malades et que des complications surviennent.

« Les personnes vulnérables sont celles qui vivent le plus de complications quand elles sont atteintes de la COVID-19. Si elles sont infectées, elles risquent de se retrouver hospitalisées, ce que nous ne souhaitons pas », déclare-t-il.

En ce qui concerne les deux cas enregistrés dans deux écoles de la Haute-Côte-Nord au cours des derniers jours, le médecin spécialiste en santé publique affirme que la collaboration se déroule très bien.

« Les classes touchées ont été placées en isolement préventif, les parents ont été informés par une lettre et la santé publique a également communiqué avec eux pour les aviser des consignes à suivre », soutient Dr Fachehoun précisant que la santé publique fera un suivi de la situation durant les deux prochaines semaines.

Même si la situation peut paraître inquiétante, le médecin-conseil assure aux parents que les milieux scolaires sont sécuritaires. Il insiste toutefois pour que les enfants qui présentent des symptômes, « aussi légers soient-ils », se fassent dépister rapidement. « Il ne faut pas attendre, surtout qu'il n'y a pas de cas de grippe présentement. »

Milieux de travail

Quant aux 5 cas enregistrés en Haute-Côte-Nord le 14 janvier, un seul concerne le milieu scolaire. « Les quatre autres sont reliés entre eux et concernent une éclosion dans un milieu de travail », assure Dr Richard Fachehoun.

D'ailleurs, le médecin spécialiste demande aux gestionnaires de la MRC de privilégier le télétravail lorsque possible. « Il faut renforcer les mesures mises en place comme la surveillance des symptômes, le lavage des mains, le port du couvre-visage et le respect du 2 mètres de distanciation entre les employés », rappelle-t-il.

Le nombre de tests de dépistage effectué demeure stable depuis les deux dernières semaines. Toutefois, Dr Fachehoun croit qu'il sera en augmentation en raison des éclosions qui sont survenues au cours des derniers jours.

« La collaboration de la population est importante pour protéger la région et notre système de santé », de conclure le médecin spécialiste en santé publique.

Johannie Gaudreault, Initiative de journalisme local, Journal Haute-Côte-Nord