Le Bloc québécois demande une étude sur la gestion des frontières en temps de pandémie

Claudie Arseneault, Initiative de journalisme local
·2 min read

La députée fédérale d’Avignon-La Mitis-Matane-Matapédia Kristina Michaud a déposé en chambre une motion sur l’étude de la gestion des frontières canadiennes pendant la pandémie. Adoptée à l’unanimité, le Comité permanent de la sécurité publique et nationale (SÉCU) étudiera donc la question.

La question des frontières canadiennes occupe une grande place dans la façon dont le gouvernement de Justin Trudeau a géré la crise de la COVID-19.

Et c’est ce qui intéresse la députée Michaud, qui est également vice-présidente de la SÉCU, c’est-à-dire les mesures qui ont tardé à être mises en place en mars dernier. Celle-ci s’interroge aussi sur les décisions arbitraires prises par l’Agence des services frontaliers du Canada (ASFC) quant aux passages à la frontière canado-américaine.

Alors que l’heure est à la reddition de compte à la Chambre des communes, elle s’est adressée au Parlement canadien. Son appel a finalement été entendu par les membres du comité qui ont accepté de se pencher sur la question.

« Le gouvernement a tardé à fermer ses frontières le printemps dernier alors que le Coronavirus faisait déjà des ravages chez nos voisins du sud. C’est d’ailleurs la ville de Montréal qui a dû intervenir à l’Aéroport Montréal-Trudeau. Cela a contribué à la propagation du virus qui venait visiblement de l’étranger et a nui à la sécurité publique des Québécois et des Canadiens. Nos concitoyens méritent de savoir pourquoi le gouvernement a tardé à agir », a-t-elle expliqué.

« Il est temps que le gouvernement fédéral fasse preuve de transparence et partage les détails de son plan à long terme sur la fermeture des frontières au lieu de renouveler un décret chaque mois, sans donner de détails », ajoute Mme Michaud qui entend questionner le ministre de la Sécurité publique et de la Protection civile, Bill Blair et l’ASFC sur la provenance des directives quant aux restrictions et exemptions de voyage.

D’ailleurs, ce mardi, le premier ministre du Québec François Legault implorait lui aussi Justin Trudeau de mieux gérer les frontières canadiennes.

Claudie Arseneault, Initiative de journalisme local, Mon Matane