Le Centre aquatique de Tokyo est livré; il faut maintenant s'attaquer à la COVID-19

·2 min read

Tokyo a célébré l'ouverture de son nouveau Centre aquatique samedi, et la gouverneure de Tokyo Yuriko Koike a rappelé qu'il était prêt depuis huit mois, soit quelques semaines avant que les Jeux olympiques soient reportés d'un an à cause de la pandémie de coronavirus.

«Nous avons complété toutes nos nouvelles installations», a souligné Koike.

Les organisateurs des JO devront maintenant s'attaquer à un épineux problème: comment présenter les JO, dans neuf mois, au milieu d'une pandémie. Ceux-ci doivent se mettre en branle à compter du 23 juillet 2021.

Les dirigeants du comité organisateur et le Comité international olympique travaillent sur un plan depuis plusieurs mois. Ils pourraient cependant attendre jusqu'à l'an prochain pour révéler comment ils comptent s'y prendre pour présenter des JO avec succès.

Comment est-ce que 15 400 athlètes olympiques et paralympiques provenant de plus de 200 pays et territoires pourront entrer de manière sécuritaire au Japon? Ajoutez à cela les milliers d'arbitres, de juges, de journalistes, de télédiffuseurs, de commanditaires et de dignitaires.

Sans parler des spectateurs. Seront-ils uniquement japonais, ou est-ce que les spectateurs en provenance du monde entier pourront assister en personne aux compétitions?

«C'est au neutre pour le moment, a dit Koike, à propos des 1700 décès causés par le coronavirus. Nous aimerions accueillir plus d'athlètes et de spectateurs de l'étranger.»

Le Centre aquatique, doté d'une capacité de 15 000 sièges, est situé en bordure de la baie de Tokyo. Il a coûté 520 millions $US à bâtir, ce qui en fait le deuxième stade le plus dispendieux après le nouveau stade olympique , qui a coûté 1,43 milliard $.

Le comité organisateur a mentionné qu'ils avaient dépensé environ 12,6 milliards $ pour organiser les JO, mais une enquête de la vérificatrice générale du Japon a indiqué que les coûts pourraient atteindre le double.

Le mois dernier, une étude de l'Université d'Oxford a qualifié les JO de Tokyo de Jeux d'été les plus dispendieux de l'histoire.

- Par Stephen Wade, The Associated Press

La Presse Canadienne