Le Conseil de la MRC réfléchit à son rôle

·4 min read

Depuis un an, la MRC a amorcé une réflexion face aux actions qu’il est possible de poser dans le milieu municipal afin d’accompagner les collectivités pour améliorer la qualité de vie des citoyens et notamment la desserte en services de proximité. Ces services, explique la MRC, peuvent être municipaux, gouvernementaux ou encore marchands. Dans le contexte où une épicerie-station-service annonce sa fermeture dans une municipalité, la question revient de l’avant. « En ce moment, la MRC accompagne les municipalités dans leur rôle et responsabilités municipales, en tout respect des champs de compétences des municipalités et villes. Notre vision est à l’effet que chaque milieu est important et que les citoyens et citoyennes de chacune des municipalités ont droit à toute notre attention et qu’ils ont aussi droit à des milieux de vie de qualité. Nous souhaitons poursuivre le travail d’accompagnement, en sachant que les élus locaux sont les mieux placés pour bien connaître et comprendre les besoins de leur population » fait savoir la Préfète de la MRC de Témiscamingue, madame Claire Bolduc.

Des services municipaux peuvent être déployés

La réorganisation logistique et l’offre des services est assujetti au contexte et aux besoins des municipalités. « Nous sommes conscients que des services municipaux variés peuvent être déployés, et l’exemple récent de la municipalité de Fugèreville, qui reprend l’église au centre du village et la transforme en bâtiment public multi-usage est très inspirant. Ou encore une municipalité qui acquiert un local et qui en fait la location pour assurer des services à sa population, comme le font Fabre avec la clinique médicale, ou encore Moffet avec le marché public » indique madame Bolduc. « Nous sommes également conscients que les services gouvernementaux peuvent difficilement être dans tous les milieux, mais que le territoire doit pouvoir bénéficier de ces services » ajoute la Préfète.

Des moyens financiers disponibles

Quant aux services marchands, selon la Préfète, chaque milieu doit pouvoir bénéficier de quelques-uns de ces services. Mais il est relativement complexe pour une municipalité de s’inscrire dans des services marchands directement. Ce sont donc des appuis distincts fait auprès d’organismes qui peuvent se mettre en place, comme des coopératives par exemple, comme on le voit à Rémigny, à Laforce ou à St-Eugène. « En ce moment, la MRC dispose de quelques moyens financiers afin de soutenir le travail des municipalités et villes dans la réalisation de projets dans leurs milieux. C’est le Conseil de la MRC qui détermine les conditions d’utilisation de ces sommes, et ce, à chaque année » précise-t-elle.

Obtenir du financement ?

La MRC de Témiscamingue souhaite que chaque municipalité ou Ville dispose de facilités ou de moyens pour répondre aux besoins de la population dans la mesure de projets possibles et réalisables. L’objectif visé est que chaque milieu puisse prendre en main son développement, avec un appui de tout le territoire. « En ce sens, nous bénéficions en ce moment d’une enveloppe du Fonds Région-Ruralité qui comporte deux volets pouvant être utiles aux municipalités. Le Volet 2 permet aux municipalités et aux OBNL de déposer des projets et d’obtenir du financement pour réaliser un projet de développement ou de service, alors que le volet 4, qui s’adresse de façon particulière aux municipalités en voie de revitalisation, vise à initier et à soutenir une démarche active d’orientation et de développement » fait savoir Claire Bolduc.

Comprendre les besoins des clients

Le plus grand défi, pour les services marchands, souligne la Préfète, demeure de pouvoir répondre à tous les besoins exprimés alors que les moyens demeurent limités. Il nous faut donc faire preuve de beaucoup de créativité. « On a vu au cours de la pandémie, la très grande importance des services marchands et des commerces de proximité dans nos milieux, c’est un engouement qu’on ne doit pas oublier, et cela implique plusieurs points. D’abord, comprendre les besoins des clients et trouver comment y répondre au mieux et simplement. Ensuite être en mesure de fidéliser ces clients et de faciliter l’accès aux commerces. Enfin, il est toujours difficile de compétitionner certaines grandes chaînes, tant sur l’offre de produits que sur le prix… certains aident plus que d’autres les petits commerces, mais cela demeure un enjeu poursuit-elle.

« Un autre enjeu, continuel, est de favoriser la diversité des offres dans chacun des milieux et de faire en sorte que chaque proposition de service soit complémentaire avec les autres et qu’aucune ne vienne nuire à une autre offre. On cherche, ce faisant, à créer une belle et bonne cohésion du territoire » conclut-elle » conclu-t-elle.

Moulay Hicham Mouatadid, Initiative de journalisme local, Reflet Témiscamien (Le)