Le Conseil pour la protection des malades invoque le droit à la vie

·1 min read

COVID-19. Devant une éventuelle activation de protocoles de priorisation des soins intensifs, le Conseil pour la protection des malades (CPM) rappelle au gouvernement du Québec et à tous les médecins que le droit à la vie est «sacré et est incontournable». «Nul n’a le droit de refuser, de négliger ou d’omettre de soigner une personne dont la vie est en danger, peu importe la condition médicale, l’âge ou la condition sociale ou économique dans laquelle elle se trouve», rappelle le CPM. Pour l’organisme qui a pour mission de promouvoir et défendre les droits des usagers du réseau de la santé et des services sociaux afin d’augmenter leur pouvoir d’agir depuis 45 ans, toute hiérarchisation ou priorisation qui ne tiendra pas compte du droit à la vie «pourra générer sa responsabilité pénale et civile».

Stéphane Lévesque, Initiative de journalisme local, L'Hebdo Journal