Le député Pascal Bérubé seconde la relance de la filière éolienne

·2 min read

Vendredi dernier, le quotidien Le Journal de Québec a publié l’annonce du retour de l’éolien dans la ligne de mire d’Hydro-Québec pour 2021. Le député de Matane-Matapédia Pascal Bérubé a réagi à cette nouvelle, qu’il définit de majeure pour la région dans un contexte de relance économique du Québec.

Le chef parlementaire du Parti québécois a d’ailleurs validé l’article journalistique auprès du gouvernement, dont le ministre des Ressources naturelles, Jonatan Julien, qui lui a confirmé l’intérêt renouvelé de New York pour l’électricité verte du Québec. « Cette nouvelle est importante pour nous, alors qu’elle tend à démontrer un virage du gouvernement de la CAQ sur le développement de l’éolien », a répété Pascal Bérubé.

Il réitère que cette relance ouvrira des portes pour le Bas-Saint-Laurent et la Gaspésie. « Il y a également la possibilité d’exploiter d’autres filières pour s’assurer de notre sécurité énergétique », a-t-il rappelé. Des négociations sont en cours pour remettre le projet d’Apuiat sur les rails, ce même projet sur lesquels les élus régionaux misaient pour la survie de Marmen dans l’Est.

Pascal Bérubé a doublement confirmé que le premier projet serait Apuiat. « Nous n’avons pas d’échéancier évidemment, mais le gouvernement du Québec me confirme qu’il y a une volonté d’aller de l’avant avec l’éolien, ce qui est majeur dans les circonstances. » Et pour le Parti québécois, cela se traduirait en un éventuel appel d’offres pour un projet de l’Alliance de l’Est.

Selon le Parti québécois, l’Alliance de L’Est rapporterait pour l’ensemble des communautés de la région et permettrait la consolidation d’emplois chez Marmen, entre autres. « On ne sait pas si ce sera suffisant à court terme pour relancer Marmen », a toutefois précisé M. Bérubé. « D’autant plus que le coût a considérablement diminué ces dernières années, mais ça on le savait déjà. C’est le gouvernement de la CAQ qui a tardé à le réaliser. »

Selon lui, les communautés locales pourraient bénéficier de retombées sur plusieurs décennies. « C’est l’ensemble des communautés de notre territoire qui vont chercher des revenus supplémentaires. De plus, le couplage de l’éolien et de l’hydroélectricité est une bonne combinaison d’énergies vertes », a-t-il lancé. Le Parti québécois suivra le dossier de près.

Les députés péquistes continuent d’espérer un appui formel de la part du gouvernement québécois. Ils ont publiquement demandé à la ministre responsable du Bas-Saint-Laurent et de la Gaspésie, Marie-Eve Proulx, de porter ce projet au conseil des ministres, qui pourrait apporter une fortune à ces régions et étant « très faisable », a noté Pascal Bérubé. « Ce serait une des plus belles annonces qu’on pourrait faire dans les prochaines années », a-t-il affirmé.

Claudie Arseneault, Initiative de journalisme local, Mon Matane