Le Fleuve a de sombres secrets

·1 min read

INSOLITE. Lieux de sépulture, capsules temporelles ou objets de convoitise, les épaves fascinent. Le Québec et son fleuve Saint-Laurent n’y font pas exception. C’est à cette histoire maritime que Samuel Côté s’intéresse dans son livre Le monde des épaves au Québec publié aux Éditions GID.

«Reposant en eau profonde, partiellement ensablées ou détruites, petites ou grandes, les épaves évoquent diverses époques et nous aident à mieux comprendre la vie de nos ancêtres. Au cours des deux dernières décennies, plus d’une quarantaine d’épaves chargées d’histoire furent repérées au Québec grâce aux nouvelles technologies, dévoilant ainsi des pans souvent méconnus de notre histoire maritime. Même si nous connaissons l’emplacement exact de dizaines d’épaves, bon nombre d’entre elles n’ont pas révélé tous leurs secrets. Le Saint-Laurent, qui est le plus grand musée du Québec, a encore des histoires à raconter », souligne Samuel Côté, un auteur qui est né les pieds dans l’eau dans le Bas-Saint-Laurent.

C’est à Price, son lieu de naissance, qu’il a justement développé une grande fascination pour l’histoire maritime du Québec. Conférencier et historien, il a d’ailleurs identifié plusieurs épaves et documenté des naufrages aux quatre coins du Québec.

De 2014 à 2017, Samuel Côté a également été recherchiste, consultant et personnage principal de la série Chasseurs d’épaves, diffusée sur la chaîne spécialisée Historia. Il est de retour à la télévision, toujours à Historia, avec l’émission Les sombres secrets du Saint-Laurent.

Stéphane Lévesque, Initiative de journalisme local, L'Hebdo Journal