Le recyclage des tubulures s’étend

·3 min read

Sherbrooke — Les débouchés existent bel et bien pour les vieilles tubulures d’érablières, et ce seront bientôt quatre des sept MRC de l’Estrie qui offriront un programme pour les recycler sur leur territoire. Une excellente nouvelle pour l’unique recycleur de cette matière dans la province, Environek, qui valorisait déjà l’an dernier près d’une centaine de tonnes de tubulures provenant de l’Estrie dans son usine des Chaudières-Appalaches.

Alors que la grande période de changement des tubulures achève, la MRC du Haut-Saint-François se prépare, dès le prochain temps des sucres, à joindre les rangs des MRC des Sources, du Val-Saint-François et du Granit dans leur lutte contre l’enfouissement de ces tubes servant à collecter l’eau d’érable. Au total, ce sont plus de 650 producteurs estriens qui sont touchés par ces programmes.

Mais que peut-on faire avec ces vieux tuyaux de plastique, qui doivent être remplacés tous les quinze ans? « On démêle la tubulure, puis elle est granulée en particules d’environ 1/4 de po, explique Lionel Bisson, directeur général chez Environek. C’est ensuite revendu à des transformateurs qui fabriquent des pièces. Ils vont mettre de 5 à 8 % de cette granule-là à travers la granule vierge pour faire d’autres types de matériaux comme du drain agricole, des pièces de banc de parc, des plateaux de peinture, des tuteurs, etc. »

Cette entreprise d’économie sociale, qui emploie notamment des personnes avec des limitations fonctionnelles, valorise les tubulures depuis 2007. Et l’expertise de son usine de Saint-Malachie est telle qu’elle occupe à elle seule le marché de ce type de valorisation.

Chaque année, 500 tonnes de tubulures y sont valorisées, dont un peu plus de 20 % proviennent de l’Estrie.

Coûts variables

Selon M. Bisson, jusqu’à 2900 tonnes de tubulures emprunteraient le chemin de l’enfouissement, ou même de l’incinération, chaque année.

« Là où le taux de participation est vraiment plus élevé, c’est dans les MRC qui offrent le service gratuitement aux producteurs », dit M. Bisson.

Selon la MRC du Haut-Saint-François, dès la réouverture de l’écocentre régional, le 5 avril 2021, les acériculteurs du territoire pourront y déposer gratuitement leurs milliers de mètres de tubulures désuètes.

Le Val-Saint-François, qui a instauré son programme en 2014, souhaite dépasser la récolte de six tonnes atteinte l’an dernier dans les écocentres de Melbourne et Valcourt, tandis que la MRC des Sources tente toujours de faire connaître son tout nouveau point de collecte aménagé en mai dernier à l’écocentre d’Asbestos.

Du côté de la MRC du Granit, on peut déjà déposer ses tubulures chez Sanitaire Lac-Mégantic, où des frais de 88 $/tonne sont prélevés pour le transport, sauf pour les municipalités qui possèdent des ententes. Selon Véronique Lachance, agente de communications pour la MRC du Granit, un projet-pilote est présentement à l’étude afin de permettre aux municipalités de remettre des reçus aux acériculteurs en 2021, « Il y a un enjeu fiscal, explique-t-elle. Ils pourront les inclure dans leurs dépenses et avoir un incitatif supplémentaire à celui de sauver la planète », dit-elle.

Une REP?

Aucun programme n’est en vigueur à Sherbrooke ou dans les MRC de Memphrémagog et de Coaticook.

À Coaticook, cependant, les tubulures font partie des préoccupations dans l’ébauche du nouveau Plan de gestion des matières résiduelles 2021-2027. « L’idéal, ce serait qu’il y ait une Responsabilité élargie des producteurs (REP), qui ferait en sorte que les producteurs de tubulures soient responsables de leurs déchets, à la base, comme c’est le cas pour l’électronique, les piles, la peinture, etc. On pense qu’il devrait y en avoir pour les autres plastiques agricoles aussi » explique Monique Clément, chargée de projet en matières résiduelles pour la MRC de Coaticook.

On vise ainsi à faire pression sur le ministère de l’Environnement à cet effet d’ici 2022, et à instaurer un programme de recyclage des tubulures dès 2023.

Jasmine Rondeau, Initiative de journalisme local, La Tribune