Le Témiscouata veut davantage d’étudiants

·3 min read

Le Témiscouata souhaite se présenter comme une destination de choix pour mener des études professionnelles, collégiales ou dans le cadre de la formation aux adultes. Afin d’attirer des étudiants et de les inciter à rester dans cette sous-région du Bas-Saint-Laurent, la campagne Espace Campus a été officiellement lancée, ce jeudi 26 novembre.

Car même si le Témiscouata est une zone rurale dont la municipalité la plus peuplée, Témiscouata-sur-le-Lac, ne dépasse pas les 5000 habitants, il est possible d’y étudier. En effet, il existe depuis trois ans un centre d’études collégiales à Cabano, lequel donne quatre cours en présence (sciences humaines, tremplin DEC, techniques d’éducation spécialisée et soins infirmiers pour infirmière auxiliaire) et deux à distance (techniques juridiques et techniques de bureautique), pour un total de 57 élèves. Quant au Centre de formation professionnelle (CFP) du Fleuve-et-des-Lacs, il offre 13 options de formation, avec notamment plusieurs programmes en foresterie et en acériculture. Environ 200 étudiants y sont inscrits.

« On veut consolider et développer les institutions d’enseignement postsecondaires professionnel et collégial et de formation aux adultes sur notre territoire, explique l’agente de développement Virginie Beauregard-Bouchard, de la SADC du Témiscouata. À plus long terme, on veut permettre aux entreprises de notre territoire d’avoir accès à un bassin de main-d’œuvre. »

Le tout nouveau site web d’Espace Campus rassemble toutes les informations dont pourrait avoir besoin un étudiant qui veut aller vivre au Témiscouata, avec une mise en page qui facilite la navigation. On y retrouve notamment la description des programmes d’études, mais aussi toutes les activités sportives et culturelles qu’on peut faire dans la région en dehors de l’école.

Un accompagnement de A à Z

On explique aussi sur le site web toutes les étapes qu’un étudiant étranger doit suivre pour mener à bien son inscription, et comment obtenir des bourses ou aides financières. On y détaille même les ressources d’aide du Témiscouata et les emplois que l’on peut occuper pendant ses études ou à la suite de celles-ci. Une employée, Roxanne Morin, aura pour tâche de répondre aux questions des intéressés et de les aider dans leur cheminement.

Par la suite, la campagne va se poursuivre sur les réseaux sociaux et par le biais de vidéos. Les commerçants témiscouatains vont également participer à l’attraction des étudiants : plusieurs offrent d’ores et déjà des rabais pour cette clientèle, et un autocollant dans leur vitrine permet de les identifier.

Le directeur adjoint du CFP, Luc Soucy, entend « créer un sentiment d’appartenance » chez les nouveaux venus en organisant régulièrement des rassemblements lorsque ce sera à nouveau possible. En effet, la manière dont le CFP est organisé, avec des antennes à Dégelis, Cabano, Pohénégamook et même dans la MRC voisine des Basques, complique la tâche quand vient le temps de mettre en place une vie étudiante dynamique. Mais le Témiscouata a bien d’autres atouts : la proximité du personnel enseignant, un coût de la vie moins élevé qu’en ville, et une superbe nature.

Du côté du Centre d’études collégiales, on se fixe un objectif modeste pour la première année d’Espace Campus : la directrice Édith St-Amand vise l’arrivée de quatre nouveaux étudiants attirés par ce biais. Parallèlement, les établissements d’enseignement vont poursuivre leurs missions à l’international (notamment en France) pour recruter des étudiants.

Rémy Bourdillon, Initiative de journalisme local, Le Mouton Noir