Legault prolonge de 4 semaines les restrictions en zone rouge

Simon Cordeau, Initiative de journalisme local
·3 min read

Dans une conférence lundi, 26 octobre, François Legault a demandé aux Québécois de continuer leurs efforts pour un autre 4 semaines, jusqu’au 23 novembre, afin de réduire le nombre de cas et de décès dus à la COVID.

Le premier ministre a commencé par déplorer les 10 décès survenus la veille, qui s’inscrivent dans la moyenne des dernières semaines. « Moi, je ne m’habitue pas. Derrière ces décès, il y a nos mères, nos pères, nos frères, nos sœurs, nos amis… Il ne faut pas s’habituer. Il faut garder ça en tête quand on fait des efforts pour suivre les consignes. »

Il a aussi remercié les Québécois, qui sont parvenus à stabiliser le nombre quotidien de nouveaux cas, au contraire d’autres pays comme la France, qui a vu son nombre de cas exploser dans les derniers jours.

Toutefois, M. Legault affirme que le rythme actuel est insoutenable. « On a encore un gros défi devant nous. On ne peut pas continuer d’avoir 800 à 1000 nouveaux cas par jour. Et 10 décès par jour! Ça amène aussi des conséquences sur le réseau de la santé, sur certaines entreprises comme les restaurants, dans certaines classes […] »

Le gouvernement du Québec prolonge donc de 4 semaines les restrictions déjà en place dans les zones rouges. Dans 2 semaines, la situation sera réévaluée, et si les signes sont à la baisse, les consignes pourraient être relâchées. Mais M. Legault a jugé cela peu probable.

Le premier ministre a imploré les Québécois à continuer de suivre les consignes, de limiter leurs contacts sociaux et de persévérer dans leurs efforts. « Encore là, j’ai besoin des Québécois. J’ai besoin de vous autres. »

Il a concédé que les décisions prises sont déchirantes, mais qu’il s’agit de faire « la balance des inconvénients », en particulier entre les décès et l’impact des consignes sur la santé mentale des Québécois. « On doit choisir le moindre mal. On ne veut pas ni l’un, ni l’autre, mais on est pris à choisir. » M. Legault a rappelé qu’on peut visiter les personnes seules, bien qu’une seule personne peut les visiter à la fois.

Le premier ministre a terminé son discours avec un puissant appel à la coopération des Québécois. « C’est le temps pour le peuple québécois de se serrer les coudes, plus que jamais. Notre destin est lié. On est liés les uns aux autres plus que jamais dans l’histoire du Québec. Et moi, j’ai confiance au peuple québécois. »

« On doit s’en tenir à aller au travail, et aller à l’école. » Près de la moitié des éclosions surviennent dans les milieux de travail. La CNESST fera donc des « blitz » dans les entreprises québécoises pour s’assurer que les consignes, comme le port du masque et la distance de 2 mètres, sont bien respectées. « On ne va pas se gêner pour donner des contraventions! » Et s’il y a des récalcitrants, certaines entreprises pourraient être forcées de fermer.

Les élèves de troisième secondaire commenceront à faire une journée à l’école et une journée à distance, comme les élèves de quatrième et de cinquième secondaire, à partir de lundi prochain.

Simon Cordeau, Initiative de journalisme local, Journal Accès