Les 10 000 accouchements du «Dr Disney»

·2 min read

La maman avait jadis été le fruit de son 827e accouchement, tandis que la petite Violette est devenue son 9119e poupon.

L’omnipraticien obstétricien confirme d’ailleurs qu’il n’en était pas à une première. En de nombreux cas, il a procédé à l’accouchement de personnes issues de deux générations familiales différentes.

«Je la connais [Geneviève] depuis sa naissance et je l’ai suivie dans toutes ses péripéties jusqu’à son accouchement», relève-t-il en parlant de la nouvelle ambassadrice de la Fondation Cité-de-la-Santé.

Il croit que son expérience et le fait de demeurer dans la même région permet de rendre les familles plus à l’aise. «Je sais ce qu’elles veulent, leurs craintes, les demandes, leur anxiété et tout le reste. Quand tu connais une personne, tu sais comment t’y prendre avec elle. Ça rend les rencontres plus personnelles et humaines.»

Selon ses calculs, il devrait atteindre son 10 000e accouchement d’ici les 2 prochaines années.

Au fil des années, le Dr Lacombe s’est fait surnommé «Dr Disney» ou «Dr Mickey» en raison de son attachement particulier à Walt Disney.

Cela se reflète dans son bureau où un arbre artificiel est installé. Ce dernier est garni de 545 toutous de Disney qui rappellent le Rainforest Cafe.

«J’ai deux enfants et, en vieillissant, les toutous, ça ne faisait plus, explique-t-il. Il y avait près d’une centaine de toutous dans le corridor à la maison. Je trouvais cela un peu plate d’avoir une telle collection dans le garage, donc j’en ai profité lorsque nous avons fait des rénovations à la Polyclinique.»

Pour compléter le décor, il a ajouté des milliers de petites lumières au plafond, lui donnant des allures de ciel étoilé.

«Je ne voulais pas que ça ressemble à un bureau de docteur, note François Lacombe. C’est plutôt un style de chambre d’enfant. Quand les jeunes familles viennent, elles observent le plafond. C’est la première chose qu’elles font.»

Il assure que l’endroit reste tout de même très propre grâce à un nettoyeur d’air et au nettoyage individuel des peluches qui est fait à chaque année.

Le Dr Lacombe profite d’ailleurs de l’occasion pour remercier tous les regroupements qui ont fait des gestes solidaires envers les travailleurs de la santé depuis le début de la pandémie.

Il affirme qu’ils ne passent pas inaperçus et encouragent toutes les équipes qui vivent des moments plus difficiles.

«La population doit continuer de nous appuyer, conclut-il. Ça nous encourage. Plus le temps passe, plus ça devient épuisant. Nous n’avons pas beaucoup de vacances et, lorsque c’est le cas, nous ne pouvons faire grand-chose en raison du contexte. Chaque petit geste compte.»

Nicholas Pereira, Initiative de journalisme local, Courrier Laval