Les écoles privées accueillent favorablement le retour en classe

·2 min read

COVID-19. La Fédération des établissements d'enseignement privés accueille favorablement le retour en classe des élèves du préscolaire et du primaire le 11 janvier, comme prévu. En ce qui a trait aux écoles secondaires, la Fédération tient à rassurer les parents que ses écoles membres sont préparées à bien accompagner les élèves au cours des prochaines semaines et que tout est mis en œuvre pour s'assurer que les élèves maîtrisent les savoirs essentiels pour réussir leur année. «Il est certain que nous avons très hâte d'accueillir nos élèves en personne. Bien que nous soyons en mesure d'assurer un enseignement virtuel de grande qualité, de la maternelle à la 5e secondaire, nous croyons qu'il est important pour les jeunes d'avoir une vie sociale et un contact en personne avec leurs enseignantes et leurs enseignants, indique David Bowles, président de la Fédération.

David Bowles croit aussi qu'il faut rapidement mettre en place des solutions pour favoriser la réussite des élèves ayant des difficultés scolaires. Dans cette optique, la Fédération réitère sa demande que la pondération du 1er bulletin de l'année soit revue à la baisse. Une telle décision donnerait la chance aux élèves en difficulté de mieux consolider leurs acquis à la deuxième étape. «L'élève qui est en échec au 1er bulletin risque de se décourager si, malgré tous ses efforts, il a peu de chance de réussir son année. En réduisant la pondération du premier bulletin, on lui donne plus de marge de manœuvre pour se reprendre et cela augmenterait sa motivation scolaire. L'important est qu'à la fin de l'année scolaire, les élèves maîtrisent bien les différents éléments au programme et soient prêts à passer au niveau suivant», explique-t-il. Dans cette optique, la Fédération propose au gouvernement d'offrir une flexibilité aux écoles afin qu'elles puissent prendre des décisions éclairées pour amener chacun de ses élèves à la réussite. Entre autres, les écoles privées souhaitent accueillir sur place les élèves plus vulnérables, car plusieurs d'entre eux ont besoin d'un encadrement soutenu pour réussir, et le fait d'être en présence des enseignants peut faire toute la différence. Par ailleurs, étant donné les perturbations vécues dans le milieu scolaire au cours des derniers mois et le fait que les cours d'été pour les élèves en difficulté ont été annulés l'été dernier, la Fédération croit que le ministère de l'Éducation doit rapidement donner des balises claires concernant le contenu des épreuves ministérielles de fin d'année.

Stéphane Lévesque, Initiative de journalisme local, L'Hebdo Journal