Les décès liés à la COVID-19 en hausse à Laval

Nicholas Pereira, Initiative de journalisme local
·3 min read

Au cours du mois d'octobre, la COVID-19 a fait 26 victimes sur le territoire lavallois, ce qui représente le pire bilan du territoire depuis juin.

Cela est aussi supérieur aux trois mois précédents. Les mois de juillet, août et septembre avaient respectivement cumulé 11, 3 et 7 décès.

Ce total est toutefois bien loin des sommets atteints lors des mois d'avril et mai lors desquels un cumulatif de 604 décès liés à la COVID-19 sont malheureusement survenus.

Selon le Centre intégré de santé et services sociaux (CISSS) de Laval, cette nouvelle hausse s'explique par l'augmentation du nombre de nouveaux cas depuis le début du mois de septembre et d'éclosions survenues dans des milieux de soins d'hébergement au cours de cette période. Celles-ci sont maintenant contrôlées.

«Contrairement à la première vague, la transmission se fait davantage au sein de la communauté, plutôt que parmi les résidents des milieux d’hébergement et des travailleurs de la santé, précis Judith Goudreau, porte-parole du CISSS de Laval. En revanche, la vaste majorité de décès concernent des personnes qui résident dans ces milieux. Ces phénomènes expliquent pourquoi le nombre de décès demeure faible par rapport au nombre total de cas au sein de la population.»

Elle ajoute que la situation globale s'améliore sur l'île Jésus et qu'une «meilleure préparation en général dans les milieux d’hébergement aura toujours un impact sur la capacité de maîtriser plus rapidement les éclosions».

Rappelons qu'on compte désormais 711 décès sur le territoire lavallois, puisqu'un nouveau citoyen a succombé au virus lors du dernier weekend.

Par ailleurs, le gouvernement du Québec a annoncé lundi un investissement de 100 M$ pour améliorer l'offre de soins et de services psychosociaux en santé mentale.

Cette nouvelle a notamment été saluée par l'Ordre des travailleurs sociaux et des thérapeutes conjugaux et familiaux du Québec.

«Nous avons souvent répété que la santé mentale est depuis trop longtemps le parent pauvre de notre système de santé; ces budgets, nouveaux et récurrents, sont plus que bienvenus», a mentionné Guylaine Ouimette, présidente de l'Ordre, par voie de communiqué.

De son côté, Andrée Poirier, présidente de l'Alliance du personnel professionnel et technique de la santé et des services sociaux, a reconnu cet investissement, tout en ajoutant qu'il faudrait en faire plus surmonter la crise actuelle.

«Les investissements en santé mentale annoncés aujourd'hui doivent non seulement devenir récurrents, mais ils doivent également être suivis par d'autres, et rapidement, précise-t-elle. [...] Les psychologues jouent un rôle majeur dans cette crise, mais il ne faut pas oublier que de nombreux services sont également offerts par des équipes multidisciplinaires composées de personnes travailleuses sociales, éducatrices spécialisées, psychoéducatrices, ergothérapeutes et autres intervenantes.»

Avec un bilan de 9413 personnes testées positives à la COVID-19, Laval a connu une hausse de 37 cas en 24 heures. Le total de décès depuis le début de la pandémie demeure à 711.

Le Centre intégré de santé et de services sociaux de Laval cumule également 8153 guérisons, ce qui signifie qu’il y a désormais 549 cas actifs confirmés (+20) sur le territoire lavallois.

Parmi les personnes touchées, 6 sont hospitalisées, dont 3 aux soins intensifs.

Deux résidences privées pour aînés (RPA) de Laval sont présentement touchés par la COVID-19.

Il s'agit de la Villagia de l'île Paton et de l'Oasis de Laval.

Ces établissements décomptent respectivement 4 et 1 résidents infectés.

Au Québec, le bilan est maintenant de 103 844 cas et 6214 décès.

Au total, 526 personnes sont toujours hospitalisées, dont 85 aux soins intensifs.

Nicholas Pereira, Initiative de journalisme local, Courrier Laval