Les infirmières praticiennes spécialisées deviendront autonomes

·1 min read

SANTÉ. Avec l'approbation par le gouvernement, les infirmières praticiennes spécialisées (IPS) pourront, à partir du 25 janvier 2021, diagnostiquer des maladies et faire des plans de traitement pour des maladies comme le diabète, l'hypertension, l'asthme et les maladies pulmonaires obstructives chroniques. Une pratique qui s’effectuera sans la surveillance d'un médecin. «Je salue l'ouverture et les efforts des ordres et des partenaires qui permettent cette avancée historique pour le système de santé. Cette reconnaissance de l'expertise des IPS permettra de faciliter l'accès et de mieux dispenser les soins, et ce, au bénéfice de tous les Québécois et Québécoises. Je souhaite que les IPS puissent contribuer à l'amélioration de nos soins de santé à la hauteur de leurs ambitions et de leurs compétences. L'entrée en vigueur de cette loi constitue incontestablement l'aboutissement d'un des dossiers dont je suis le plus fière dans ma carrière politique», souligne Danielle McCann, ministre de l'Enseignement supérieur et ministre responsable de l'application des lois professionnelles. De son côté, Christian Dubé, ministre de la Santé et des Services sociaux, souhaite compter sur l'expertise de 2 000 infirmières praticiennes spécialisées dès 2024-2025.

Stéphane Lévesque, Initiative de journalisme local, L'Hebdo Journal