Les nouvelles marquantes de 2020

·5 min read

La dernière année a été mouvementée, notamment ponctuée d’une pandémie mondiale. À travers les mois, certaines nouvelles se sont hissées dans le classement des plus populaires de l’année 2020. Rétrospective des cinq nouvelles les plus marquantes.

En première place, un fait divers qui a fait beaucoup réagir la communauté matanaise.

Deux corps sans vie retrouvés dans un appartement du boulevard Jacques-Cartier à Matane (12 mai 2020)

Selon l’agente Annick Lamirande de la Sûreté du Québec, deux corps sans vie ont été retrouvés dans un appartement situé sur la rue Jacques-Cartier à Matane suite à un signalement reçu vers 17 heures [le 12 mai]. On ne connaît pas pour l’instant les causes et circonstances entourant le décès des deux victimes.

Des enquêteurs de la division des enquêtes sur les crimes majeurs et ceux de la division du service d’identité judiciaire de la SQ mènent l’enquête actuellement.

En deuxième place, le début des restrictions de transport de la pandémie dans l’est de la province lors de la première vague.

Accès restreint à l’Est-du-Québec dès 16h samedi (28 mars 2020)

Les points d’accès au Bas Saint-Laurent seront contrôlés par des policiers dès 16h samedi [le 28 mars].

Ainsi, les routes menant à la Gaspésie et au Bas Saint-Laurent seront contrôlées de manière à restreindre la circulation du virus. Les personnes ayant des symptômes se verront refuser l’accès.

Seuls les déplacements essentiels seront permis.

En troisième place, la toute première fermeture préventive des commerces avant le début d’une suite de mesures.

Québec ordonne la fermeture de lieux publics (15 mars 2020)

Québec annonce une série de nouvelles mesures pour prévenir la propagation du COVID-19 sur le territoire.

Le gouvernement Legault ordonne la fermeture de plusieurs lieux de rassemblements publics tels que les bars, les théâtres, cinémas, bibliothèques, centres d’entraînement physique, piscines, centres de ski et les cabanes à sucre.

Les restaurants pourront cependant demeurer en opération à condition de limiter leur capacité d’accueil. Les restaurateurs devront en effet se limiter à la moitié de leur capacité maximale et espacer la distance entre les tables.

Les magasins ne sont pas visés par cette ordonnance, les supermarchés, les pharmacies et les centres commerciaux demeurent en opération.

En conséquence, le gouvernement procède à la fermeture de tous les lieux de récréation et de loisir puisqu’il s’agit de services non essentiels.

Les tours de bureaux et les milieux de travail de même que les infrastructures de transport en commun demeurent ouverts.

Ces mesures visent à restreindre les contacts sociaux afin de limiter la propagation et l’augmentation des nouveaux cas.

Québec dénombre en date de ce dimanche 35 cas confirmés liés au COVID-19. Le bilan publié dimanche midi par Santé Québec fait également état de 1186 personnes en attente de résultats. Au Canada, 298 cas sont confirmés selon le plus récent bilan.

En quatrième place, c’est une nouvelle économique ayant provoqué un vif émoi au début de l’automne.

Licenciement collectif et mises à pied temporaires de tous les employés chez Marmen Énergie (28 septembre 2020)

Marmen Énergie a annoncé aujourd’hui [le 28 septembre] dans un communiqué de presse le licenciement collectif de 55 employés à partir du 22 novembre prochain, ainsi que la mise à pied temporaire de tous les employés pour quelques semaines.

En raison d’un manque de travail, la compagnie a dû émettre un avis de licenciement collectif au ministère de l’Emploi et de la Solidarité sociale à prendre effet le 22 novembre prochain. 55 travailleurs se retrouveront sans emploi.

Également, Marmen Énergie a annoncé d’un même pas la mise à pied temporaire de tous leurs autres employés à partir du 30 novembre. Ceux-ci seront graduellement rappelés au travail à partir de janvier 2021 en fonction de leur échéancier de production.

Cette décision prise à l’interne découle des effets de la pandémie de la COVID-19, qui a eu un fort impact sur leur volume d’affaires. « Les conséquences de cette crise sanitaire limitent notre capacité à contrer l’impact négatif des décisions défavorables du ministère du commerce américain à l’égard du Canada, relativement à l’industrie éolienne en lien avec le dumping et les subventions, en plus d’accentuer les effets de notre désavantage géographique par rapport au marché éolien actuel », le communiqué a-t-il énoncé.

En outre, Marmen explique ses difficultés financières liées au contexte actuel par les projets américains actuels se développant dans les états du sud, ce qui rend l’entreprise moins compétitive à cause des frais de transport, et également par l’absence d’annonce d’un nouveau projet éolien au Québec.

Entre-temps, l’entreprise demeurera ouverte avec un personnel restreint jusqu’à la reprise des opérations en janvier.

Et en cinquième et dernière place, un énième fait divers meurtrier.

Corps retrouvé dans la rivière Matapédia (26 mai 2020)

D’après Claude Doiron, relationniste à la Sûreté du Québec, le corps de Françoise St-Onge, portée disparue dans le secteur d’Amqui a été retrouvé sans vie dans la rivière Matapédia sur l’heure du midi [le 26 mai].

Ce sont quatre citoyennes qui participaient aux recherches qui ont découvert le corps inerte de la victime qui a par la suite été récupéré par l’équipe nautique de la SQ. La famille a été avisée au cours des dernières heures. On souhaite remercier la population d’Amqui pour sa collaboration dans ce dossier.

Les nouvelles se sont enchaînées dans la dernière année, qu’elles soient positives ou négatives, et la sphère médiatique a été maintes fois occupée par le virus de COVID-19.

Les autres nouvelles du podium ont été, parmi tant d’autres, les récentes annonces des mesures pendant le temps des fêtes, l’hélico de la Sûreté du Québec à Saint-Anne-des-Monts pour retrouver Maxime-André Brodeur, l’incendie finalement maîtrisé au restaurant Le Matelot de Baie-des-Sables, et quelques décès.

MonMatane accueillera très bientôt les nouvelles de 2021 et s’occupera d’informer ses lecteurs avec engagement, intégrité et respect pour une troisième année.

Claudie Arseneault, Initiative de journalisme local, Mon Matane