Les services de fécondation in vitro seraient à nouveau assurés

·1 min read

SANTÉ. Le ministre délégué à la Santé et aux Services sociaux, Lionel Carmant, a déposé le 11 novembre le projet de loi modifiant diverses dispositions en matière de procréation assistée. Il est ainsi proposé d'assurer à nouveau les services de fécondation in vitro dans le cadre d'un programme balisé. «Le dépôt de ce projet de loi vient répondre à un engagement important de notre gouvernement, soit celui de permettre à nouveau aux personnes qui rêvent de fonder ou d'agrandir leur famille d'avoir accès gratuitement aux services de fécondation in vitro. Nous avons à cœur de les soutenir dans la réalisation de ce grand projet de vie. Les balises qui sont proposées permettront d'encadrer le programme de manière concertée et structurée», souligne Lionel Carmant, ministre délégué à la Santé et aux Services sociaux.

Rappelons que depuis la fin, en 2015, du programme de procréation médicalement assistée (PMA) incluant la FIV, seuls les services de stimulation ovarienne hors FIV, d'insémination artificielle, les médicaments et les services requis à des fins de préservation de la fertilité en cas de cancer sont demeurés assurés par le régime public.

Les mesures visent également à permettre une planification adéquate des services, tout en tenant compte de la capacité de payer de l'État.

C’est dans cette optique que les services pour les femmes de 41 ans et plus ainsi que pour les personnes ayant eu une stérilisation volontaire ne seraient pas assurés. Ces personnes pourraient toutefois obtenir les services en assumant les frais, et certaines dépenses pourraient être admissibles à un crédit d'impôt.

Stéphane Lévesque, Initiative de journalisme local, L'Hebdo Journal