Les services publics négligés par la CAQ selon QS

Stéphane Lévesque, Initiative de journalisme local
·2 min read

POLITIQUE. À la lumière des constats par la vérificatrice générale du Québec, notamment en ce qui concerne les lacunes touchant les services de garde et l'accessibilité à un médecin de famille, Québec solidaire presse le gouvernement de caquiste de donner un sérieux coup de barre dans les services publics.

«Le rapport de la vérificatrice générale dresse un bilan bien peu reluisant pour le gouvernement de François Legault. Comme les libéraux avant eux, les caquistes abandonnent les familles défavorisées et les patients les plus vulnérables à cause de leur négligence à protéger et financer adéquatement nos services publics. Nous avons englouti collectivement des sommes importantes, souvent en pure perte et sans suivis adéquats, dans ces services. Le gouvernement doit donner un sérieux coup de barre dans nos services publics, ça presse», souligne le député de Rosemont Vincent Marissal.

Pour le responsable solidaire en matière de santé et de services sociaux, Sol Zanetti, il est inacceptable que le nombre de personnes vulnérables en attente d'un médecin de famille ait augmenté de 73% depuis l'arrivée de la CAQ au pouvoir. «Malgré plus d'un milliard $ en mesures incitatives versés aux médecins, plus de 600 000 personnes sont toujours en attente d'un médecin pour les soigner. Garantir un médecin de famille à chaque Québécois était une promesse phare de la CAQ. Deux ans plus tard, non seulement la liste n'a pas baissé, mais elle a augmenté! Résultat : ces patients se retrouvent aux urgences pour des problèmes mineurs, ce qui engorge un réseau déjà surchargé. Les caquistes se sont présentés comme de bons gestionnaires, mais manifestement, leur bilan en matière d'accès aux soins est aussi pire que celui des libéraux», déclare-t-il.

De son côté, la députée de Sherbrooke, Christine Labrie, exigence des changements majeurs dans le domaine de la petite enfance. «Le rapport de la Vérificatrice générale est accablant pour le ministre de la Famille. Les parents qui attendent une place doivent se sentir floués aujourd'hui de constater que les histoires de places attribuées sans respecter la liste d'attente ne sont pas des cas isolés, mais qu'il y en a des dizaines de milliers. On a créé ce réseau pour favoriser l'égalité des chances, et ce rapport démontre que le système de gestion mis en place ne nous permet pas du tout d'y arriver. Ça prend un sérieux coup de barre dans les services éducatifs à la petite enfance, et de toute urgence», indique la responsable solidaire en matière de petite enfance.

Stéphane Lévesque, Initiative de journalisme local, L'Hebdo Journal