Les Sommets : La poursuite du ski, un privilège à conserver

·2 min read

Dans le contexte actuel, l’annonce du premier ministre concernant la poursuite des opérations dans les stations de ski a été accueillie très favorablement par l’industrie et ses amateurs.

Louis Philippe Hébert, président et chef de la direction des Sommets, reconnait l’importance de cette décision sur la santé mentale de la population, la pratique du ski étant devenue en quelque sorte un remède à la pandémie. Les skieurs se réjouissent de la nouvelle : « Ils le voient comme un privilège ». D’ailleurs, pour le conserver, le président indique qu’il est primordial de redoubler d’effort.

Naturellement, il y a eu de l’achalandage pendant la période des Fêtes dans les stations de ski. Au début du mois de janvier, comme le rapportait La Presse, Les Sommets ont fait l’objet d’un signalement de la Sûreté du Québec par rapport au non-respect de la distanciation sociale et du port du masque. Depuis, Louis Philippe Hébert assure que des ajustements ont été apportés rapidement. Notamment, des membres du personnel ont été ajoutés et des gardiens de sécurité embauchés afin d’assurer le respect des consignes dans les files d’attente.

Un travail de conscientisation est aussi réalisé auprès de la clientèle. La situation actuelle étant sur la « corde raide », les skieurs ont tout à gagner à respecter les consignes de la Santé publique. Le contraire leur serait nuisible puisqu’il pourrait éventuellement entrainer des fermetures. Louis Philippe Hébert note d’ailleurs une meilleure ouverture chez les skieurs qui tiennent à poursuivre la pratique de leur sport et prennent conscience de leur rôle pour y arriver.

Bien que la pratique du ski et de la planche à neige de manière individuelle ou en bulle familiale puisse se poursuivre, certains secteurs de l’industrie ont écopé plus sévèrement. Notamment, les clubs de compétition et l’école de glisse ne peuvent plus opérer. Dans le cas des programmes de groupe, le chef de la direction indique que plusieurs possibilités s’offriront aux clients concernés, comme de reporter leur inscription à l’année prochaine. Après le 8 février, les stations verront aussi ce qui est possible d’offrir comme programmation d’ici la fin de la saison. « Nous offrons une diversité de possibilités pour accommoder tout le monde. Nous sommes très flexibles », affirme Louis Philippe Hébert. Il s’agit de la même approche pour les abonnements de saison. Les détenteurs, selon leur type d’abonnement et leur utilisation jusqu’à présent, pourront profiter de diverses options.

Pour plus d’informations et de détails : sommets.com

Ève Ménard, Initiative de journalisme local, Journal Accès