Les travailleuses en CPE veulent être rémunérées pendant l'isolement

Nicholas Pereira, Initiative de journalisme local
·2 min read

La Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS-CSN) déplore que le ministère de la Famille refuse de maintenir la rémunération des travailleuses de centres de la petite enfance (CPE) en isolement.

Selon l'organisation, cette décision gouvernementale met une pression supplémentaire sur le réseau en ajoutant un risque d'infection à la COVID-19.

«Elles n'ont pas accès à une prime COVID, ni à une voie rapide pour le dépistage et elles doivent en plus piger dans leur poche pour s'isoler quand il y a un risque qu'elles soient infectées, lance Lucie Longchamps, vice-présidente de la FSSS-CSN, par voie de communiqué. Après ça, on ne peut pas s'étonner qu'il manque de personnel dans nos CPE.»

Elle ajoute que plusieurs demandes ont été faites à Mathieu Lacombe, ministre de la Famille, mais qu'elles sont demeurées sans réponse.

Parmi les principales revendications de l'organisation syndicale, notons le fait d'accorder une banque de jours payés pour appuyer leurs membres et d'accentuer la transmission d'information au personnel sur les cas d'infection en CPE. Celle-ci souhaite aussi voir l'instauration d'une voie rapide pour les tests de dépistage.

Avec un bilan de 9171 personnes testées positives à la COVID-19, Laval a connu une hausse de 67 cas en 24 heures. Le total de décès depuis le début de la pandémie augmente à 710.

Le Centre intégré de santé et de services sociaux de Laval cumule également 7958 guérisons, ce qui signifie qu’il y a désormais 503 cas actifs confirmés (+10) sur le territoire lavallois.

Parmi les personnes touchées, 12 sont hospitalisées, dont 4 aux soins intensifs.

Trois centres d’hébergement et de soins longue durée (CHSLD) et deux résidences privées pour aînés (RPA) de Laval sont présentement touchés par la COVID-19.

Voici la liste complète des CHSLD et RPA touchés :

Au Québec, le bilan est maintenant de 103 844 cas et 6214 décès.

Au total, 509 personnes sont toujours hospitalisées, dont 78 aux soins intensifs.

Nicholas Pereira, Initiative de journalisme local, Courrier Laval