Ligne Micoua-Saguenay : pas de test COVID-19 obligatoire pour les travailleurs

·2 min read

Les va-et-vient des travailleurs du chantier de la ligne Micoua-Saguenay sont encore autorisés par Hydro-Québec malgré que la moitié de ceux-ci sont en provenance de régions classées zone rouge pour le secteur Côte-Nord du projet.

La prise de test de dépistage avant chaque arrivée de travailleurs provenant de zones rouges est « difficilement réalisable », selon Maxence Huard-Lefebvre, du département des communications de la société d’État, puisque « la priorité est accordée à ceux qui ont des symptômes ».

Pour compenser, Hydro-Québec maintient ses procédures préventives et cherche constamment des moyens de les améliorer.

« Évidemment, les travailleurs sont prévenus qu’ils doivent demeurer chez eux et passer un test s’ils ont des symptômes ou si un membre de leur entourage a reçu un résultat positif », ajoute M. Huard-Lefebvre.

À savoir si les travailleurs du chantier Micoua-Saguenay peuvent repartir dans leur région chaque fin de semaine, le porte-parole répond par la positive.

« En théorie, oui. Toutefois, la nature des travaux et les échéanciers actuels font en sorte que plusieurs travailleurs travaillent les fins de semaine, donc ne retournent pas à la maison », soutient-il.

De plus, de nombreuses mesures sont appliquées sur le chantier telles que l’organisation de l’hébergement au campement de Labrieville de manière à séparer les travailleurs du chantier et ceux de Boisaco ainsi que le triage des ouvriers par un questionnaire avant le début de chaque quart de travail alors que chaque symptôme associé à la COVID-19 est évalué.

« Les employés doivent porter le masque dans les moyens de transport ainsi que sur le site du chantier, lorsque la distanciation de deux mètres n’est pas possible, ou encore lors de leurs déplacements entre les lieux de travail et les lieux communs. Le lavage des mains est requis et la gestion des déplacements des travailleurs vise à limiter les contacts entre eux », dévoile Maxence Huard-Lefebvre.

Travaux

En ce qui concerne l’avancement des travaux, Hydro-Québec poursuit présentement le déboisement ainsi que les améliorations dans les postes Micoua-Saguenay.

« Nous souhaitons débuter la construction en janvier 2021. La mise en service est toujours prévue pour 2022 », de préciser le porte-parole concluant que la santé et la sécurité des travailleurs et du public sont une priorité pour eux.

Rappelons que la ligne à 735 kV Micoua–Saguenay sera d’une longueur de 262 kilomètres entre le poste Micoua, situé sur la Côte-Nord, et le poste du Saguenay, au Saguenay–Lac-Saint-Jean.

Cette nouvelle ligne permettra de maintenir la fiabilité du réseau de transport d’Hydro‑Québec. Elle est rendue nécessaire par la diminution de la consommation sur la Côte‑Nord et la fermeture de centrales thermiques et nucléaire dans le sud du Québec.

Ces changements entraînent une augmentation de la quantité d’énergie transportée vers les grands centres par les lignes du corridor Manic‑Québec.

Johannie Gaudreault, Initiative de journalisme local, Journal Haute-Côte-Nord