Les indices nord-américains clôturent en hausse malgré l'incertitude électorale

·3 min read

TORONTO — Les marchés boursiers américains ont bondi mercredi, au lendemain d'une élection américaine serrée qui débouchera probablement sur le maintien d'un gouvernement divisé.

«Un Congrès divisé est une recette pour l'inaction lorsqu'il s'agit d'initiatives majeures et de réglementations potentiellement radicales. Les investisseurs interprètent donc cela comme une sorte de maintien du statu quo», a observé Angelo Kourkafas, analyste au sein de l'équipe de stratégie d'investissement de la firme Edward Jones.

Les prévisions préélectorales évoquant une possible «vague bleue», qui misaient sur une victoire des démocrates à la Maison-Blanche en plus de la Chambre des représentants et du Sénat, semblent maintenant improbables, peu importe l'éventuelle identité du président. Les républicains détiennent une avance dans plusieurs courses au Sénat qui pourraient leur permettre de conserver une légère majorité, tandis que les démocrates ont pris le contrôle de la Chambre des représentants.

Pendant ce temps, le président Donald Trump et l'ex-vice-président démocrate Joe Biden sont engagés dans une bataille serrée dans plusieurs États clés de la carte électorale. Les résultats de la Pennsylvanie, de la Géorgie et de la Caroline du Nord sont encore trop serrés pour qu'on puisse y prédire un gagnant.

La probabilité d'un Congrès divisé réduit les attentes en ce qui a trait à la proposition de M. Biden d'effectuer des changements fiscaux importants qui pourraient menacer la flambée du secteur technologique, mais aussi l'adoption d'un important projet de relance fiscale et d'infrastructure.

«(Les marchés) aiment les blocages parce que cela signifie qu'il n'y aura pas de grands changements qui pourraient perturber le cours des choses», a observé M. Kourkafas lors d'une entrevue.

La moyenne Dow Jones des valeurs industrielles a gagné 367,63 points à 27 847,66 points, tandis que l'indice élargi S&P 500 a pris 74,42 points à 3443,44 points. L'indice composé du Nasdaq s'est emparé de 430,21 points, soit près de quatre pour cent, à 11 590,78 points.

L'indice boursier de référence de la Bourse de Toronto a enregistré des gains moins flamboyants, notamment en raison de la plus faible probabilité de voir un important programme de relance aux États-Unis, qui aurait augmenté les pressions inflationnistes et fait grimper le cours de l'or.

Le secteur des matériaux a retraité avec le prix du lingot, effaçant 2,05 %. À la Bourse des matières premières de New York, le cours de l'or a perdu 15,80 $ US à 1894,60 $ US l'once, tandis que celui du cuivre a avancé de 1,45 cent US à 3,11 $ US la livre.

Si le TSX est fortement exposé aux matières premières, il l'est beaucoup moins aux technologies et à la santé — deux secteurs qui ont particulièrement alimenté la hausse des Bourses américaines. En outre, les entreprises canadiennes n'en profiteraient pas si le plan de M. Biden consistant à hausser les impôts des entreprises sur les bénéfices réalisés à l'étranger ne se concrétisait pas.

À Toronto, l'indice composé S&P/TSX du parquet torontois a pris 59,59 points pour terminer la séance avec 15 998,74 points.

Sur le marché des devises, le dollar canadien s'est négocié au cours moyen de 76,12 cents US, en hausse par rapport à son cours moyen de 76,07 cents US de la veille.

Le secteur torontois des technologies de l'information a gagné 4,0 %, soutenu par les hausses des titres de Lightspeed POS et de Shopify, qui ont tous deux pris 5,7 %.

Le groupe de l'énergie a avancé de 0,06 % avec le prix du pétrole brut, qui a pris 1,32 $ US à 38,98 $ US le baril à la Bourse des matières premières de New York.

La Presse Canadienne