Lire sur écran, un effort pour les jeunes ?

Frédéric Bernard, Maître de conférence en neuropsychologie, Université de Strasbourg
·1 min read
<span class="caption">Le type de support, numérique ou papier, influence la manière dont on appréhende un texte.</span> <span class="attribution"><span class="source">Pixabay</span>, <a class="link rapid-noclick-resp" href="http://creativecommons.org/licenses/by/4.0/" rel="nofollow noopener" target="_blank" data-ylk="slk:CC BY">CC BY</a></span>
Le type de support, numérique ou papier, influence la manière dont on appréhende un texte. Pixabay, CC BY

In extenso, des podcasts en séries pour faire le tour d’un sujet.

Des manuels, des dictionnaires et même des bibliothèques entières sont aujourd’hui à portée de clic sur Internet. Pourtant, à prix équivalent, plus de 80 % des étudiants préfèrent acquérir et lire un ouvrage sur papier. Comment l’expliquer ? Ne faudrait-il pas faire un détour du côté des neurosciences pour comprendre ce qui sous-tend ces habitudes ?

Dans ce premier épisode de notre série « Apprendre, la révolution des écrans », Frédéric Bernard, maître de conférences en neuropsychologie à l’Université de Strasbourg, nous aide à comprendre comment l’expérience de lecture imprègne nos représentations et dans quelle mesure on peut miser (ou non) sur l’attractivité du numérique.

Listen on Soundcloud
Listen on Soundcloud

À suivre, le 12 février 2021, le deuxième épisode : « Pourquoi on apprend encore à écrire à la main ! », avec Denis Alamargot, professeur des universités en psychologie cognitive, à l’Université Paris-Est Créteil.

Conception, Aurélie Djavadi. Production, Romain Pollet.

La version originale de cet article a été publiée sur La Conversation, un site d'actualités à but non lucratif dédié au partage d'idées entre experts universitaires et grand public.

Lire la suite: