Louis Dallaire : Retraite d’une mission accomplie

·4 min read

Depuis sa nomination à la direction du Réseau BIBLIO de l’Abitibi-Témiscamingue et le Nord-du-Québec, monsieur Louis Dallaire s’est engagé pleinement dans la réalisation des objectifs de son mandat malgré les différents défis à surmonter. « Le Réseau BIBLIO sortait en 2006 d’une période d’instabilité au niveau de la direction générale. Il fallait motiver les troupes, autant le personnel en place très aguerri et professionnel que les bénévoles dans les 59 bibliothèques sur le territoire de l’Abitibi-Témiscamingue et une partie de la Baie-James. Le réseau avait besoin d’une nouvelle lancée et la mise en valeur de cette richesse collective régionale devait reprendre du galon. Les bibliothèques locales sont pour bien de endroits de notre région, le dernier service de proximité, le seul accès à la culture et à l’information. S’il y a un service auquel nos municipalités peuvent décider de l’avenir, c’est bien de leur bibliothèque » nous fait savoir monsieur Dallaire.

L’animation de la culture

Louis Dallaire qui prendra sa retraite, de la direction générale du Réseau BIBLIO de l'Abitibi-Témiscamingue et du Nord du Québec, le 1er janvier prochain, a dû mettre en place sa vision de gestion dans un cadre disciplinaire mais avec beaucoup d’ambition pour atteindre ses objectifs. « Il fallait bien sûr motiver les bénévoles, les employés, les directions générales et les élus des municipalités membres du Réseau BIBLIO ATNQ. Nous avons travaillé à mettre en évidence leur travail par des actions de communication, refaire notre visuel du bulletin l’Échange, etc. Mais surtout, nous avons mis en branle différents projets pour promouvoir l’animation de la lecture » nous fait savoir le directeur général du Réseau BIBLIO de l’Abitibi-Témiscamingue et le Nord-du-Québec.

Le passage au numérique

Plusieurs projets ont été mis en place depuis l’arrivée de monsieur Louis Dallaire à la tête du Réseau BIBLIO « Bedaine à lire, est un programme qui valorisait la lecture aux fétus à partir de 8 mois, l’introduction des kamishibaïs dans l’heure du compte, des tournées d’auteurs partout, des pièces de théâtre et des lectures publiques comme avec le projet Il pleuvait des oiseaux en tournée régionale. Ensuite, nous avons inventé la carte musée permettant d’emprunter à la bibliothèque un passeport donnant gratuitement accès à une vingtaine de musées et lieux historiques dans la région. Nous avons aussi déposé des raquettes à neige dans toutes les bibliothèques de la région et plus tard, des paires de jumelles que les abonnés peuvent emprunter » a-t-il mentionné. « Nous avons aussi changer les programmes informatiques pour la gestion des bibliothèques, aider les municipalités à l’achat de nouveaux ordinateurs et lancer plusieurs programmes d’aides financières pour aider à la rénovation des bibliothèques (Nus avons fait rénover 47 bibliothèques au complet et en avons fait construire 2 nouvelles). Un autre défi était d’ouvrir d’autres bibliothèques dans la région et d’investir le Nord-du-Québec. Cette dernière région nous est attribuée par le gouvernement mais il n’y avait jamais eu de développements importants. On a ouvert à Matagami, Oujé-Bougoumou et ensuite quatre nouvelles bibliothèques au Nunavik, en français, en anglais et en inuktitut. Ainsi de 2006 à 2015 environ nous sommes passé de 59 à 71 bibliothèques affiliées au Réseau BIBLIO ATNQ. Fierté » a-t-il ajouté dans sa déclaration au Reflet Témiscamien.

La bibliothèque est cruciale

Durant sa responsabilité à la tête de la BIBLIO ATNQ, monsieur Louis Dallaire se souvient de plusieurs anecdotes qui n’a pas hésité de partager avec nous. « Le maire Rouyn-Noranda qui déclare au comité de la bibliothèque de Destor suite à l’incendie de leur bibliothèque et qui s’enquièrent à savoir s’il y aura un nouveau local. Le maire Caouette répond : « …Une bibliothèque, on ne ferme pas ça ! ». Plus récemment, une dame de l’Ontario venue chez sa fille au Témiscamingue pour la période de la Covid qui nous remercie de lui avoir permis de s’abonner gratuitement à l’une des bibliothèques locales et de poursuivre ses lectures en ligne » a-t-il partagé avec nous.

Un message du cœur

Avant de quitter son poste en janvier 2021, le directeur général du Réseau BIBLIO ATNQ espère que le cœur du développement de la région sera fondé sur la culture. « Que l’on conserve ce joyau pour le développement de la culture en région et que des équipes de bénévoles (actuellement 456 personnes dans le réseau) soient appuyés par leurs populations et leurs élus. Que le pairage entre le milieu de la culture (artistes, auteurs, autrices, comédien (nes), musiciens (nes), etc… soit toujours dans les plans futurs. Un partage de notre culture régionale est important pour notre vie et pour le renforcement de notre identité et notre culture. Il faut en prendre soin et il y a plein de gens qui y travaillent. Les bibliothèques e font que suivre cette belle évolution et qui la partage » a-t-il souhaité » a-t-il conclu.

Moulay Hicham Mouatadid, Initiative de journalisme local, Reflet Témiscamien (Le)