Louise Lortie briguera les suffrages

·3 min read

L’ex-présidente de la défunte Commission scolaire de Laval (CSDL), Louise Lortie, tentera de conserver le district Marc-Aurèle-Fortin que le chef de Parti Laval – Équipe Michel Trottier a remporté à l’arraché lors d’une élection partielle à l’automne 2019.

Sans grande surprise, M. Trottier en a fait l’annonce le 15 février.

Ce n’était pour certains qu’une question de temps, considérant que Mme Lortie avait rejoint les rangs du cabinet de l’opposition officielle à titre de conseillère spéciale au printemps 2020.

Son embauche s’était faite dans la foulée de l’abolition des commissions scolaires francophones, converties depuis en centres de services.

La nomination de celle qui a présidé aux destinées de la CSDL pendant plus d’une dizaine d’années - en plus d’occuper la vice-présidence de la Fédération des commissions scolaires du Québec de 2017 à 2020 - porte à 11 le nombre de candidats confirmés par le Parti Laval en vue du scrutin du 7 novembre prochain.

«Louise Lortie a une connaissance exceptionnelle du territoire et des différents enjeux sociaux qui le caractérisent, a déclaré M. Trottier par voie de communiqué. Avec son bagage et son expérience, les résidents de Marc-Aurèle-Fortin seront entre de bonnes mains.»

En sa qualité de présidente de la commission scolaire, elle avait notamment siégé au Comité de pilotage de la Politique régionale de développement social de Laval de 2016 à 2020 de même qu’au Conseil régional de la culture de Laval de 2018 à 2020.

Rappelons qu’en briguant la mairie en 2021, le chef de Parti Laval devra délaisser le district Marc-Aurèle-Fortin dont il est présentement le représentant au conseil municipal.

Mme Lortie habite le district voisin détenu par son collègue Claude Larochelle, qui sollicitera d’ailleurs un renouvellement de mandat dans Fabreville.

«Quand je me lance, je me lance à fond et j’ai la ferme conviction qu’en me présentant pour Parti Laval, j’aurai l’occasion d’avoir un impact concret pour les Lavalloises et les Lavallois au sein d’une organisation politique qui m’inspire», a-t-elle indiqué, charmée par «l’idée de rapprocher les services dans les quartiers».

Parmi les actions à poser «pour améliorer nos milieux de vie», elle cite un plus grand accès aux berges et d’avantage d’infrastructures sportives et de lieux culturels.

Par ailleurs, l’annonce de Louise Lortie avait été précédée il y a une quinzaine de jours par le dévoilement de deux nouvelles candidatures au sein de Parti Laval.

Andréanne Fiola, qui à 18 ans avait terminé 2e avec 30 % des suffrages dans Sainte-Rose en 2017, fera campagne cette année toujours sous la même bannière, mais cette fois-ci dans Laval-des-Rapides.

Étudiante au baccalauréat en environnement à l’Université de Sherbrooke où elle siège au conseil de direction du Comité zéro déchet, elle «souhaite partager [sa] vision du centre-ville pour en faire un quartier jeune, accessible et où les espaces verts sont mis en valeur».

Dans L’Orée-des-Bois, le parti présentera Denis Guillemette qui, lui, en sera à son baptême de feu en politique.

Œuvrant en financement d’entreprises depuis plus de 30 ans, ce bachelier en administration des affaires veut faciliter la venue de nouvelles entreprises en réduisant les délais pour l’obtention de permis et simplifiant le processus bureaucratique.

Du temps où ses enfants étaient plus jeunes, M. Guillemette s’est impliqué bénévolement auprès du Centre de la petite enfance qu’ils fréquentaient, du Club des Petits déjeuners, de l’Association sportive Delta et du comité de parents du Collège Letendre, peut-on lire à travers ses notes biographiques.

Stéphane St-Amour, Initiative de journalisme local, Courrier Laval