Magasins fermés: le gouvernement Ford ne flanche pas

·3 min read

ÉMILIE PELLETIER

Initiative de journalisme local — Le Droit

Le gouvernement Ford ne permettra pas l’ouverture partielle des commerces non essentiels dans les zones en confinement, même après qu’une quarantaine de grands détaillants comme La Baie et Canadian Tire lui en aient fait la demande.

Les commerces à grande surface ont écrit, dans une lettre adressée au premier ministre Doug Ford et à la ministre de la Santé Christine Elliott, que la stratégie de l’Ontario de fermer toutes les entreprises non essentielles dans les zones en confinement n’a pas mené à une réduction du nombre de consommateurs dans les magasins.

Au contraire, jugent-ils, cette stratégie a plutôt eu un effet de concentration des clients dans les magasins toujours ouverts.

Les commerçants croient aussi que la politique actuelle de l’Ontario mène les gens dans les régions en confinement comme Toronto et Peel à se déplacer vers des régions où les entreprises sont ouvertes, posant ainsi « un risque encore plus grand pour la santé publique ».

Par ailleurs, ces grandes entreprises qui ont été forcées de fermer déplorent que très peu des cas de la COVID-19 ont été associés à des environnements de vente au détail, selon les statistiques de la santé publique de l’Ontario.

Afin de « mettre moins de gens dans plus de magasins », les grands détaillants qui ont signé la lettre ont proposé de permettre l’ouverture de tous les magasins, mais de limiter le nombre de clients à 25 % dans ceux qui sont jugés comme non essentiels.

« Nous espérons que les gens qui vont magasiner dans les commerces qui demeurent ouverts n’y vont que pour les items essentiels, parce que c’est la seule raison pourquoi ils sont toujours ouverts », a précisé la ministre de la Santé, en conférence de presse, mercredi.

À ses dires, l’objectif de la politique est de modifier les tendances de transmissions et de réduire les contacts.

Mme Elliott a supplié les Ontariens de continuer d’encourager les entreprises locales en y passant leurs commandes, plutôt que de consommer auprès de grandes multinationales comme Amazon.

Rappelons que les régions de Toronto et de Peel sont en zone grise-confinement. Le gouvernement ontarien demande aux résidents de ces régions de ne sortir de chez soi que pour les activités essentielles, telles que l’épicerie, les achats en pharmacie, l’exercice physique en plein air et les rendez-vous médicaux.

La santé mentale des entrepreneurs chambranlante

Selon les derniers résultats du sondage de la Fédération canadienne de l’entreprise indépendante (FCEI), les propriétaires de petites entreprises ressentent de plus en plus l’épuisement de la pandémie. Près de la moitié d’entre eux ont déclaré avoir souffert de problèmes de santé mentale à la suite de l’arrivée de la COVID-19, et 43 % ont affirmé avoir travaillé beaucoup plus d’heures.

Seulement 29 % des entreprises qui ont répondu au sondage ont réalisé des ventes normales au cours du mois de novembre.

Émilie Pelletier, journaliste, Initiative de journalisme local, Le Droit