Modification régime forestier : Objectif réduire le coût de la fibre

·2 min read

@N:

@E:

@S:Louis Potvin

@S1:Journaliste de l’Initiative de journalisme local

@C:louis.potvin@trium.media

Le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs apporte des modifications au régime forestier afin d’abaisser le coût de la fibre. Ainsi, les compagnies forestières seront plus compétitives grâce à une optimisation de la planification des coupes forestières.

Lors d’une présentation technique, le sous-ministre Alain Sénéchal n’était pas en mesure d’avancer un pourcentage de diminution du coût de la fibre qu’apportent ces modifications, car aucune étude économique n’a été réalisée.

« Nous sommes persuadés que ces mesures vont avoir un effet direct sur le coût de la fibre, permettre la relance économique des régions et rendre plus performantes les entreprises », a-t-il mentionné.

Rappelons que selon l’industrie forestière, l’actuel régime forestier avait eu comme conséquence de faire grimper de 25 à 30% le coût de la fibre.

Plus de prévisibilité

Parmi les critiques formulées, l’industrie exigeait une meilleure prévisibilité forestière afin de savoir à long terme où seront situés les parterres de coupes.

Ainsi, le ministère fournira sur une période de trois ans les quantités et secteurs où s’effectueront les coupes forestières. Ce qui permettra aux entreprises d’être plus efficientes et ainsi mieux préparer toute la voirie forestière.

Aussi, il sera possible d’effectuer des coupes de bois différentes (autre que mosaïque) selon la nature du secteur afin d’être plus rentable.

De plus, un partage des rôles entre le ministère et les entreprises sera mis en œuvre afin que la planification soit encore plus simple, notamment en réduisant la paperasse.

Par ailleurs, la tarification forestière sera revue afin d’être plus équitable. Souvent, la nature du terrain n’était pas prise en compte dans les coûts de récolte, ce qui rendait moins rentable la coupe à certains endroits.

Mise en marché

Le Bureau de la mise en marché des bois verra aussi son fonctionnement modifié. On veut notamment atteindre un taux d’adjudication de 90%, ce qui permettrait d’ajouter 500 000 mètres cubes sur le marché par année. La règle de 3 enchérisseurs sera abolie et le temps pour réaliser les contrats de coupe sera allongé.

Ces nouvelles mesures ont été bien accueillies par la Fédération des producteurs forestiers du Québec et de l’Union des municipalités du Québec.

Louis Potvin, Initiative de journalisme local, Le Lac St-Jean