Mohamed Lotfi : faire résonner la parole des détenus de Bordeaux

·6 min read

Ahuntsic-Cartierville - Mohamed Lotfi s’est vu remettre, dans le cadre des Prix du Québec il y a un mois, le Prix Guy-Mauffette, soit une reconnaissance du travail qu’il a réalisé pendant plus de 30 ans à la prison de Bordeaux en produisant l’émission de radio Souverains anonymes. Journaldesvoisins.com s’est entretenu récemment avec le journaliste, comédien, réalisateur et animateur radio.

Lorsque la ministre de la Culture et de Communications, Nathalie Roy, lui a téléphoné pour lui annoncer qu’il était le lauréat de la plus haute distinction attribuée par le gouvernement du Québec pour souligner la contribution d’une personne à l’excellence de la radio, de la télévision, de la presse écrite ou des médias numériques, Mohamed Lotfi a accueilli la nouvelle avec une certaine stupéfaction.

Un hommage à la radio communautaire

Sa surprise était aussi teintée de joie pour son ami et complice de longue date Michel Mongeau, qui est décédé le 11 novembre, une semaine après que Mohamed Lotfi ait reçu son prix. Le lauréat tient donc à partager l’honneur avec Michel Mongeau qui avait constitué le dossier soumis en 2016, mais aussi à faire rayonner cette reconnaissance sur la radio communautaire.

Plus qu’une reconnaissance pour son œuvre personnelle, Mohamed Lotfi y voit un « hommage à une façon différente de communiquer et d’informer ».

Il s’agit donc par extension d’un hommage mérité à la radio communautaire, sans qui le projet des Souverains anonymes n’aurait jamais trouvé d’antenne.

Il espère ainsi que son prix contribuera à faire tomber les préjugés sur la radio communautaire qui contribue à donner voix à des gens qu’on n’entendrait pas autrement, comme il a cherché à défaire les préjugés sur les prisonniers en faisant résonner leur parole hors des murs de l’établissement de détention.

Une parole qui rend souverain

Ayant pu côtoyer de près les hommes qui vivent derrière les barreaux, le journaliste estime que c’est une erreur trop commune que de réduire les prisonniers à leurs crimes, de les dévaloriser comme personnes. Par un travail d’orfèvre, Mohamed Lotfi cherche plutôt à faire ressortir le meilleur de chacun.

Questionné sur cette approche singulière, au sujet de laquelle il s’était déjà confié au JDV, il se lance dans une envolée lyrique qui traduit bien sa fougue et sa passion :

En libérant la parole des détenus, Mohamed Lotfi souhaite donc avant tout leur rendre une part d’humanité qui est trop souvent réduite au silence lorsque les portes de la prison se referment sur eux.

Retirer le droit de parole à des personnes qui sont déjà privées de liberté reviendrait en quelque sorte à renier les fondements du droit de cité, un principe qui veut que tous et toutes aient voix au chapitre dans une société.

Libérer l’imaginaire

Plus qu’un simple exercice de communication ou de création avec les prisonniers, le travail de Mohamed Lotfi avec les Souverains anonymes invite à repenser la conception qu’on se fait de l’institution carcérale.

Selon lui, il est essentiel de libérer notre imaginaire collectif d’une vision de la prison comme un lieu fermé sur lieu même, un archétype hérité de l’époque du bagne qui enferme les personnes incarcérées dans un rôle muet, en retrait de la société.

C’est qu’en définitive, la prison n’est, aux yeux de Mohamed Lotfi, qu’un lieu de passage pour des gens qui ont commis une faute face à la société. Exclure leur parole comme détenus, c’est les priver de la possibilité de se réhabiliter et d’espérer un jour que leur identité de criminel s’efface pour leur permettre de revêtir celle de citoyen à part entière.

De la radio au théâtre

L’adage veut qu’il soit plus facile de sortir le gars de la prison que de sortir la prison du gars. Mohamed Lofti l’a appris à ses dépens lorsqu’il a décidé, l’an dernier, de remiser son micro, après 30 ans à l’antenne avec les Souverains anonymes.

Il a donc décidé de retourner travailler à mi-temps pour offrir des ateliers de théâtre aux prisonniers, un projet qu’il menait déjà en parallèle à l’émission de radio depuis plusieurs années.

Initié au théâtre à l’âge de 16 ans, Mohamed Lotfi dit avoir découvert dans l’art dramatique un formidable outil de liberté et de communication dont il souhaite faire profiter les détenus.

La radio pour adoucir le confinement

En attendant de pouvoir réintégrer son théâtre à Bordeaux — la plupart des activités étant suspendues dans la prison en raison de la pandémie de COVID-19 qui a fait des ravages dans l’établissement —, Mohamed Lotfi a repris du service à CIBL, où il a notamment diffusé, au plus fort de la crise en avril, des messages de solidarité adressés par diverses personnalités publiques aux détenus en confinement.

Sans se porter à la défense de l’administration carcérale, Mohamed Lotfi dit tenir à « corriger une certaine perception » de la prison de Bordeaux qui n’est pas, selon lui, l’établissement délabré, surpeuplé et violent que décrivent souvent les journalistes.

Conscient que certaines situations méritent d’être dénoncées, celui qui se considère comme un témoin privilégié de la réalité à Bordeaux se dit néanmoins soucieux de ne pas encourager un « réflexe victimaire » chez les détenus qui ont selon lui tendance à se plaindre de leur situation, à tort ou à raison.

La prison dans notre cour, les détenus dans notre cœur

S’il poursuit son œuvre auprès des détenus de Bordeaux, ce n’est certainement pas par amour de l’institution carcérale, qu’il dit espérer un jour voir disparaître dans sa forme punitive et recluse traditionnelle pour devenir un lieu de réhabilitation plus ouvert sur la société moderne. S’il continue, c’est qu’il a à cœur avant tout de donner un visage et une voix à la figure du prisonnier anonyme, pour qu’on le reconnaisse comme appartenant à notre monde, et non comme appartenant à un monde qui nous est étranger.

Ceci est presque littéralement vrai pour certains habitants de l’arrondissement qui sont les voisins immédiats de l’établissement de détention, mais c’est une vérité qui vaut pour tout le monde, précise Mohamed Lotfi.

Et bien qu’on en ait parfois peur, comme on a généralement peur de ce que l’on ne connaît pas, la prison est tout sauf un monde étranger qui ne nous ressemble pas.

Invité à suggérer une œuvre parmi les innombrables œuvres disponibles dans les archives des Souverains anonymes, Mohamed Lotfi recommande le court métrage Je voudrais voir la mer. Mettant en vedette le regretté Michel Mongeau qui y tient le rôle d’un détenu qui reçoit la visite de son frère, un ex-détenu joué par le Souverain Jean-Hubert Voltaire, le court métrage propose un revirement des rôles qui porte à réfléchir sur la résilience, la gratitude et le pardon en contexte carcéral.

Simon Van Vliet, Initiative de journalisme local, Journal des voisins