Morin-Heights en bref

·3 min read

Lors de la séance du conseil municipal de Morin-Heights, le 20 janvier dernier, les membres ont approuvé la cession d’un terrain situé derrière le chalet Bellevue, à Habitats Morin-Heights, pour y construire une maison des aînés. Le projet devrait démarrer au printemps 2022.

Le directeur général a également fait le point sur la situation financière de la municipalité. Compte tenu des dépenses moindres et des revenus plus importants que prévus pour l’année 2020, l’exercice financier est complété avec un surplus significatif.

De plus, le conseil a dénoncé l’état de la route 329, entre le chemin Blue Hills et la route 364. Ce chemin est utilisé par des cyclistes et est dangereux puisqu’il n’est pas large et des voitures y circulent, a expliqué le maire, Tim Watchorn. Le ministère des Transports du Québec (MTQ) avait promis de faire les travaux à l’été 2021, mais il les repousse à l’année 2023.

« Considérant que ce désengagement du gouvernement du Québec est inacceptable pour la municipalité, et que le MTQ doit démontrer davantage de sensibilité à ce dossier, il est proposé de dénoncer vivement le refus du ministère des Transports de prioriser la réfection de la route 329 […] », a soutenu M. Watchorn, lors de la séance du conseil.

Dans le cadre de la refonte du règlement d’urbanisme sur l’ensemble du territoire de Morin-Heights, le conseil a octroyé un contrat à Hélène Doyon, urbaniste-conseil. La municipalité souhaite adopter un règlement plus à jour visant un développement moins dense et des usages qui respectent plus la réalité d’aujourd’hui. Ce règlement doit aussi permettre de pallier la pression de développement actuel, dû notamment à l’exode des gens de Montréal qui viennent s’installer dans les Laurentides.

Lors du dernier week-end, il a été observé par le journal que le stationnement sur la rue des Bouleaux était à pleine capacité. Celui-ci permet d’accéder à un réseau de sentiers de raquettes et de ski de fond. Toutefois, l’achalandage a augmenté durant les dernières semaines, comme dans les autres municipalités adjacentes. Lorsque le stationnement est plein, les gens se stationnent souvent dans la rue. Samedi dernier, un résident mécontent bloquait la rue pour ne pas que les gens puissent s’y stationner.

Questionné à ce sujet, M. Watchorn affirme ne pas avoir été mis au courant de ce problème, mais en fera le suivi. « Puisque ce stationnement est très petit, un préposé de la Ville y est pour renvoyer les gens au stationnement du Sommet Morin-Heights. Par la suite, pour se rendre au secteur, ils peuvent prendre le sentier J.R. J. »

Malgré les restrictions dans les autres sentiers de la région, le maire soutient qu’il n’y avait pas de problème d’achalandage dans les parcs de la municipalité. « Je suis moi-même allé au Parc Basler durant le week-end et il n’y avait pas d’ennuis. Il faut dire que le froid a aussi aidé à diminuer la fréquentation des sentiers! »

Marie-Catherine Goudreau, Initiative de journalisme local, Journal Accès