OD: la Saguenéenne Julie Munger de retour dans une réalité augmentée

·4 min read

Il y a quelques mois, le Québec a fait connaissance avec la pétillante Julie Munger, lors de son passage à l’émission Occupation Double Chez nous. Maintenant que la poussière est retombée, la jeune femme est de retour dans sa réalité, qui a changé du tout au tout, à Chicoutimi. Elle compte maintenant profiter des nombreuses occasions qui se présentent.

La maquilleuse est revenue vivre dans sa maison de Chicoutimi, dont elle avait pris possession au début de l’été. Elle vit maintenant avec une amie, ce qui fait que le temps passe beaucoup plus vite, surtout en confinement. « Le retour à ma réalité, qui n’est plus ma réalité, c’est sûr que c’est de l’adaptation. Mais je suis vraiment contente d’être retournée dans mes affaires, dans ma maison, de faire de petits travaux. Ça m’a permis de me remettre à neuf, de prendre un nouveau départ », avoue la candidate d’OD Chez nous, lors d’un entretien téléphonique avec Le Progrès.

Une année de surprises

Julie Munger n’en revient pas : sa dernière année fut remplie de surprises. De son passage à l’émission à aujourd’hui, elle n’avait jamais vraiment pensé à tout ce qui s’offrirait à elle. La Saguenéenne a été complètement sous le choc d’avoir été choisie la candidate coup de coeur de sa saison, à l’automne. Même si plusieurs personnes de son entourage l’assuraient qu’elle serait choisie, elle n’y a pas cru jusqu’à la dernière seconde. « Je ne voulais pas vendre la peau de l’ours avant de l’avoir tué. Je croyais que plusieurs personnes avaient des chances. Mais ç’a été un gros tsunami d’amour et j’ai beaucoup pensé à mon père », avoue-t-elle.

Sa mère lui disait souvent : « Pour être aimé, il faut être aimable ! » La maquilleuse pense l’avoir bien écoutée.

La Saguenéenne ne s’était pas non plus imaginé toutes les portes qui allaient s’ouvrir à sa sortie de l’aventure. Les Québécois ont déjà pu la revoir à l’écran à quelques reprises, en quelques mois, et c’est loin d’être fini.

Après l’avoir vue dans le vidéoclip de la chanteuse Roxane Bruneau, les téléspectateurs ont pu l’apercevoir dans le Bye bye 2020, une émission qu’elle écoute chaque année avec sa famille. « Ç’a été tourné la dernière fois que je suis allée à Montréal, juste après le tournage de L’heure de vérité. Personne ne savait que je me rendais là-bas. Ce qui était drôle, c’est que j’étais la seule candidate qui se personnalisait soi-même. C’est vraiment une fleur que l’équipe du Bye bye m’a faite », admet-elle.

C’était une première expérience de tournage de sketches, à l’écran, ce qui est bien différent de ce à quoi elle est habituée. En plus, il y avait une foule de mesures de distanciation en place, ce qui rendait l’expérience d’autant plus particulière. Elle a d’ailleurs beaucoup aimé ce tournage et a même eu l’occasion de rencontrer Stéphane Rousseau et Simon-Olivier Fecteau.

Elle a également animé une émission spéciale, en direct d’Instagram, jeudi, organisée par Tel-jeunes, avec une foule de personnalités québécoises à titre d’invités. La soirée avait pour but de divertir les jeunes, qui vivent des moments plus difficiles avec ce nouveau confinement.

La suite

Julie Munger profite du confinement pour travailler de la maison. Puisque le domaine de l’esthétique est sur pause, elle s’occupe en réalisant différentes collaborations publicitaires sur les réseaux sociaux, pour de nombreuses compagnies.

Une foule de projets sont sur les rails, mais la candidate coup de coeur ne peut pas en dévoiler les détails pour le moment.

En entrevue avec Le Progrès, elle a précisé que ce n’était pas l’envie qui manquait, d’en dire un peu plus, mais la jeune femme a promis qu’elle pourra en révéler davantage prochainement.

Pour le moment, elle admet que l’un de ses projets touche le Saguenay–Lac-Saint-Jean. « Je prône toujours la région. Je veux montrer aux autres qu’elle est incroyable, à quel point elle est belle et que c’est beau d’y vivre. J’ai travaillé fort pour avoir un projet en lien avec le Saguenay–Lac-Saint-Jean », se réjouit-elle.

La candidate, qui a participé à Occupation Double pour promouvoir la diversité corporelle, entre autres raisons, sait qu’elle ira probablement plus souvent à Montréal dans les prochaines années, pour différents projets, mais elle tient à rester dans la région, qu’elle considère comme un gros terrain de jeu extérieur.

Myriam Arsenault, Initiative de journalisme local, Le Quotidien