Pétition : les députés Perron et Charbonneau mobilisent les organismes au chevet des aînés

·2 min read

Les élus bloquistes de Berthier Maskinongé et de Trois-Rivières soutiennent la pétition parrainée par leur collègue de Rimouski-Neigette-Témiscouata-Les Basques, Maxime Blanchette-Joncas, en vue d’obtenir « un traitement plus équitable » des aînés, durement touchés par la pandémie.

Ces députés nourrissent l’objectif de recueillir le plus grand nombre de signatures pour la pétition lancée le 19 janvier dernier. Ils soutiennent que la priorité du Québec et du Bloc pendant le confinement est la gestion de la pandémie de Covid-19, incluant en première ligne les aînés qui sont « les moins soutenus financièrement. »

« Le fédéral doit assumer sa responsabilité et prioriser leur mieux-être. La pétition E-3106 est l’occasion pour la population de se mobiliser et d’envoyer un message clair au gouvernement, pour une meilleure qualité de vie de nos aînés dans la région », a déclaré la députée de Trois-Rivières et porte-parole adjointe des aînés, Louise Charbonneau. Selon son collègue de Berthier Maskinongé, l’appui des organismes majeurs de la région à cette pétition augmentera les possibilités de mobiliser la population.

« Depuis le début de la pandémie, nous recevons énormément d’appels d’aînés dénonçant le fait que leur situation n’est pas prise au sérieux par le fédéral », a affirmé Yves Perron.

La pénitence du confinement

La pétition E-3106 vise une hausse immédiate de 10 % de la sécurité de la vieillesse, sachant que les aînés n’ont reçu qu’une aide maximale de 500 $ depuis mars 2020. Elle plaide pour l’adoption de programmes visant à briser l’isolement, particulièrement dans les régions mal desservies par Internet. Le document des élus demande que l’accès à Internet haute vitesse soit reconnu comme service essentiel et le branchement accéléré en conséquence, car les personnes âgées sont plus affectées par le confinement. C’est aussi un plaidoyer en faveur des regroupements d’aînés afin qu’ils puissent « compenser la diminution de leurs membres, les pertes dues à des coûts fixes et le recours à des professionnels pour valoriser l’engagement bénévole. »

La pétition avait déjà récolté plus de 1000 signatures au moment de la publication du communiqué selon les bureaux des deux députés qui lancent un appel aux citoyens de Berthier-Maskinongé et de Trois-Rivières. Ils recevront un carton-réponse dans les prochains jours.

« Ça permettra entre autres aux gens qui n’ont pas accès à Internet de pouvoir s’exprimer sur le sujet, et d’ajouter leur voix à celles des signataires de la pétition. Ils n’auront qu’à remplir le carton-réponse et à nous le retourner sans frais. La participation du plus grand nombre est importante, il en va de l’augmentation de la qualité de vie de nos aînés », a conclu Yves Perron.

Godlove Kamwa, Initiative de journalisme local, Le Canada Français