Parité au conseil des ministres: Legault se fait rappeler sa promesse non tenue

Jocelyne Richer
·2 min read

QUÉBEC — Le premier ministre François Legault s'est fait rappeler, en Chambre, mardi, qu'il n'avait pas tenu sa promesse de diriger un conseil des ministres paritaire, donc composé à parts égales d'hommes et de femmes.

L'opposition libérale a déposé une motion affirmant que le chef du gouvernement du Québec devait montrer l'exemple en matière d'égalité hommes-femmes, en faisant une plus grande place aux femmes dans son entourage.

Mais le gouvernement a refusé de débattre de cette motion, qui n'a donc pas été adoptée.

Présentée par la députée de Verdun, Isabelle Melançon, critique dans les dossiers de condition féminine, la motion rappelait au premier ministre qu'il avait affirmé, lors de son discours inaugural en 2018, que la promotion des femmes en politique était la «responsabilité de tous» et que «l'objectif qu'on doit poursuivre, c'est que la parité devienne une chose normale».

Elle soulignait que lors des derniers remaniements ministériels, les femmes avaient été «les premières touchées par la perte des responsabilités ministérielles», faisant référence à MarieChantale Chassé et Sylvie D'Amours, qui ont fait partie du cabinet avant d'être rétrogradées au rang de simples députées.

La motion rappelait aussi que M. Legault avait pris un engagement, le 9 avril 2018, soit celui de former un conseil des ministres paritaire, s'il formait le gouvernement lors des prochaines élections, qui ont suivi en octobre de la même année.

Deux ans plus tard, loin de s’en approcher, on s’éloigne de l’engagement après quelques remaniements: l’équipe aux commandes du Québec est désormais composée à 60 % d'hommes et 40 % des femmes, soit 16 hommes et 11 femmes.

Le caucus de la CAQ compte 76 élus, dont 29 femmes. Le premier ministre a donc l’embarras du choix au moment de déterminer qui seront les heureux élus appelés à siéger à ses côtés au conseil des ministres.

Jocelyne Richer, La Presse Canadienne