«Pas une très bonne idée» de voyager, prévient le Dr Alain Poirier

·2 min read

De nombreux Québécois se laissent tenter par l’attrait du soleil et des vagues du sud alors que le froid s’installe et que les restrictions liées à la prévention de la propagation du coronavirus limitent les activités sociales. Pour le Dr Alain Poirier de la santé publique de l’Estrie, il s’agit d’une bien mauvaise idée.

En conférence de presse, lundi, le directeur régional de la santé publique de l’Estrie a fait le point sur l’opération de vaccination qui doit débuter une journée plus tôt que prévu sur son territoire, soit mercredi. Il en a également profité pour rappeler aux gens qu’il vaut mieux résister à l’appel du voyage.

«De façon générale, de se promener, d'aller à d'autres endroits de la planète où il y a aussi des éclosions, ce n'est pas une très bonne idée», a-t-il déclaré.

Le Dr Poirier répondait alors à une question qui semble avoir été formulée par plusieurs citoyens concernant la possibilité de subir un test de dépistage avant de partir vers des pays qui exigent un résultat négatif avant le départ.

«Dans les services publics, on ne va pas offrir de dépistage aux gens qui voyagent de leur propre chef», a indiqué celui qui a été directeur national de la santé publique au début des années 2000.

«Si vous voulez aller quelque part et qu’on vous demande un dépistage, vous ne vous présentez pas dans nos lieux de dépistage, d’autant plus qu’on ne recommande pas ce genre de déplacements là, mais vous allez dans des laboratoires privés», a-t-il poursuivi.

Le gouvernement canadien vient notamment de suspendre pour trois jours tous les vols de passagers en provenance du Royaume-Uni, où a été découvert un variant plus contagieux du coronavirus qui cause la COVID-19.

Aucun cas lié à cette nouvelle souche n'aurait été rapporté pour l'instant au Canada.

Par ailleurs, la situation ne s’améliore pas en Estrie, comme dans l’ensemble de la province. On a encore recensé une moyenne de 100 cas par jour au cours de la dernière semaine. Le plus récent bilan dévoilé lundi fait état de 49 patients hospitalisés et d’éclosions toujours actives principalement à Sherbrooke et à Granby.

Se décrivant lui-même comme un grand optimiste, Dr Alain Poirier plaide pour un temps des Fêtes en tout respect des consignes sanitaires. Ce qui pourrait s’avérer salutaire pour le système de santé.

«Si on réussit à se calmer un peu le pompon pendant la période des Fêtes tout le monde, on va diminuer la pression sur tout notre système et tout le monde vous en remerciera grandement», a-t-il lancé au nom des personnes malades et de tous les travailleurs de la santé qui en ont plein les bras.

Ugo Giguère, Initiative de journalisme local, La Presse Canadienne