Plomb dans l’eau des écoles : des dépassements à Natashquan

·2 min read

Des correctifs ont été apportés à la moitié des points d’eau de l’école Notre-Dame-des-Anges de Natashquan puisque ceux-ci dépassaient les normes de plomb.

Les sept points d’eau sur 14 qui ont échoué les tests de dépistage de plomb ont subi des modifications tels que des changements de robinet ou l’installation de filtres. Ni le Centre de services scolaire de la Moyenne-Côte-Nord, ni le ministère de l’Éducation et l’Enseignement supérieur n’ont voulu partager les concentrations aux points d’eau qui dépassaient les normes.

Santé Canada recommande depuis 2017 une concentration maximale de plomb dans l’eau potable de 5 microgrammes par litre.

À noter qu’« aucun point d’eau n’a été condamné », a indiqué le directeur général du Centre de services scolaire de la Moyenne-Côte-Nord, Mario Cyr, et ce, dans les trois écoles de la région.

« J’ai pleinement confiance que la santé des élèves n’est pas compromise ou mise en jeu », a déclaré le directeur de l’établissement Roger-Martineau, Nelson Lamoureux. « D’ailleurs, tous les points d’eau sont identifiés comme “eau potable” ou “eau pour se laver les mains seulement”. C’est déjà mis en place ici à l’école [de Natashquan] pour que les gens sachent quelle utilisation faire d’un point d’eau X. »

Les résultats d’analyse de l’eau des écoles Saint-François-Régis (Baie-Johan-Beetz) et Notre-Dame-de-Grâce (Aguanish) n’ont révélé aucun problème lié au taux de plomb. Sur les 24 points d’eau testés dans l’ensemble de l’établissement Roger-Martineau, 10 ont été jugés conformes. Une seconde série d’analyses devrait avoir lieu au courant du mois, a confirmé Mario Cyr.

En octobre 2019, le ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur avait demandé à ce que des tests de concentration de plomb soient effectués dans tous les établissements d’enseignement de la province après que le gouvernement Legault ait abaissé la norme de concentration maximale de plomb de l’eau de 10 à 5 microgrammes par litre.

Laurence Dami-Houle, Initiative de journalisme local, Le Portageur