Plus de 8 000 $ amassés pour l’agrandissement du Bar à Pitons [VIDÉO]

·4 min read

La campagne de sociofinancement pour les rénovations du Bar à Pitons bat son plein. En moins d’un mois, plus de 8000 $ ont été amassés, sur un objectif de 30 000 $, afin de permettre l’agrandissement de ce lieu culturel et d’ainsi assurer sa survie.

Avec ces rénovations, l’établissement pourra revoir sa capacité d’accueil à la hausse et bonifier son offre d’activités. C’est la Coopérative de Solidarité V.E.R.T.E qui est responsable du bar et qui a mis en place la campagne de sociofinancement appelée Pour l’amour du Bar à Pitons.

Selon Christine Rivest-Hénault, coordonnatrice générale de la coopérative, le Bar à Pitons est devenu, au fil des années, un endroit unique pour la scène émergente artistique du Saguenay-Lac-Saint-Jean.

« La signature du Bar à Pitons, c’est que tout le monde peut être une vedette. Ils peuvent tous venir chanter ou lire leurs textes. On accueille aussi beaucoup de groupes émergents. On a une offre qui, je pense, est importante pour la région culturellement », explique-t-elle, lors d’un entretien téléphonique avec Le Quotidien.

Alors que les gestionnaires avaient pris la décision, en février 2020, de concentrer leurs activités sur le Bar à Pitons et de fermer l’auberge, ils ont été frappés de plein fouet par la pandémie. Le bar a dû fermer ses portes tout l’hiver, avant de rouvrir quelques mois à l’été. La terrasse extérieure a permis la tenue de certaines activités.

Cet automne, la coopérative a dû faire face à la réalité. Les normes sanitaires ne permettent pas au bar d’ouvrir ses portes à l’hiver. Les gestionnaires devaient donc décider de le laisser fermé tout l’hiver ou d’amorcer des rénovations qui permettraient au lieu d’être adapté aux règles sanitaires.

« Ça faisait déjà deux ans que nous pensions à ces rénovations et, comme tout le monde, nous ne savons pas combien de temps nous serons dans cette pandémie. Nous nous sommes donc lancés. Nous savons qu’il y a plein de gens qui nous aiment, qui tiennent au Bar à Pitons. Nous avons décidé de prendre le pari que tous ces gens-là, qui voient que notre mission est importante, allaient nous aider », se réjouit-elle.

Déjà, les rénovations sont amorcées. La coordonnatrice est fière du montant amassé jusqu’à maintenant et reconnaît que son objectif est ambitieux. L’important pour elle est d’amasser le plus de sous possible, pour que la relance de l’établissement soit le plus facile possible, à la réouverture.

Jadis un lieu touristique Le Bar à Pitons a bien changé avec les années. Lorsque la coopérative a acheté la Maison Price, où se trouve le Bar à Pitons, le but était de transformer cette maison en auberge. Au sous-sol, une salle de réunion avait été aménagée, surtout pour les visiteurs. « C’est comme ça qu’est né le Bar à Pitons, une toute petite salle principalement pour les utilisateurs de l’auberge. Rapidement, les gens qui habitent autour se sont approprié le lieu », souligne la coordonnatrice générale.

C’est cet engouement qui a motivé les gestionnaires à faire des rénovations en 2015 et à mettre sur pied le Bar à Pitons. Le bar a eu le droit à un léger agrandissement, mais plusieurs espaces étaient toujours réservés à l’auberge.

En 2018, l’auberge a commencé à perdre de la clientèle, tandis que le Bar à Pitons lui, en gagnait. C’est ce qui a amené les gestionnaires à fermer l’auberge, en février 2020, pour de bon et se concentrer sur le lieu culturel. « C’était rendu le Bar à Pitons qui faisait vivre l’entreprise. Notre programmation culturelle était de plus en plus riche, aimée et fréquentée, donc nous avons concentré nos activités là-dessus puisque c’est ce qui fonctionne et ce qui attire les gens », continue Mme Rivest-Hénault. La mission de l’établissement alors touristique a officiellement changé pour devenir plus culturelle.

Tous les intéressés à participer à la campagne peuvent se rendre sur le site de la coopérative pour faire un don.

Myriam Arsenault, Initiative de journalisme local, Le Quotidien