Plus tôt que tard -Vaccination dans le Nord-du-Québec

·2 min read

Au moment où les premières doses de vaccin ont déjà été distribuées dans les premiers CHSLD à Montréal et à Québec, tout le monde se demande où se situe le Nord-du-Québec dans la liste et quand notre communauté recevra ses premiers vaccins.

Interrogée sur la question, la directrice générale du CRSSSBJ, Mme Nathalie Boisvert, nous a signifié que la région pourrait voir son tour arriver plus tôt que tard, contrairement à ce que l’on pourrait penser. « Nous travaillons avec notre directeur de la Santé publique pour que la région soit reconnue dans le groupe 4 dans l’ordre de priorité de vaccination. » Le groupe 4 s’applique aux régions éloignées et isolées qui ont une capacité limitée de traitement dans leur réseau de santé.

Pour des raisons de logistique, la direction de la Santé publique va attendre l’arrivée du vaccin de la compagnie Moderna qui, selon les dernières constatations, pourrait être disponible en janvier. Celui-ci sera beaucoup plus facile à manipuler en prévision des nombreux kilomètres qui séparent les différentes communautés de la région. Le vaccin de Pfizer demande beaucoup de logistique et d’équipement puisqu’il doit être gardé à des températures excessivement froides.

« Si nous sommes reconnus comme groupe 4, comme nous le demandons, nous serons vaccinés rapidement. » Comme ailleurs au Québec, les personnes vulnérables en CHSLD seront les premières à recevoir le vaccin suivies des travailleurs du réseau de la santé et des personnes dans les RPA (résidence pour personnes âgées) privées. Viennent ensuite les tranches d’âges. « Si nous sommes reconnues comme communauté isolée, c’est beaucoup plus de personnes qui pourront être vaccinées dans la communauté », lance Mme Boisvert. Avec environ 28 000 doses, on peut vacciner l’ensemble des gens qui dépendent du CRSSSBJ. Le défi de l’équipe de Mme Boisvert présentement de réunir assez de ressources pour offrir le vaccin à toute la population qui y aura accès le plus rapidement possible.

René Martel, Initiative de journalisme local, La Sentinelle