Ça prend tout un village et une docteure d’ici !

·3 min read

Femme de cœur et spécialiste en médecine interne au CIUSSS de l’Estrie, Nadine Sauvé multiplie les occasions de changer la vie de nombreux enfants du village de Kpemale, situé au nord-est du Ghana, à la frontière avec le Togo et le Burkina Faso. Le but est qu’ils accèdent à l’éducation. Et c’est en compagnie de Yaw Konlan, avec qui elle vit une complicité à toute épreuve, qu’elle prend la chance de faire une différence. De rendre le monde meilleur, un enfant à la fois !

L’expérience du terrain marque à vie, dit-on. Madame Sauvé s’est rendue au Ghana une première fois en 1999, alors qu’elle y a séjourné trois mois. Y a-t-elle vécu un choc culturel ? « Pas tant que ça, s’exclame-t-elle. Je dis toujours que j’ai été Africaine dans mon ancienne vie ! Plusieurs reviennent de ces endroits troublés et bouleversés. Moi, je m’y sens bien. Et ce, malgré la pauvreté extrême. L’esprit de communauté, les valeurs familiales, l’entraide, tout ça est en phase avec moi… » À l’été 2018, elle y est retournée avec son conjoint Marc Brazeau et leurs quatre enfants. Et c’est à ce moment que Yaw lui a parlé de son idée de mettre en place une école primaire francophone dans son village natal de Kpemale.

Aider des tas de petits Yaw !

« Je l’ai rencontré en 1999 alors qu’il avait 16 ans, poursuit-elle. On a vécu une correspondance depuis ce jour. Persévérant, brillant, il ne lâche pas le morceau ! Tellement que j’ai payé ses études. Il est devenu policier et est maintenant directeur de l’école. Il avait étudié le français, ce qui s’avère un atout important dans cette région. L’anglais est la langue officielle du Ghana, mais tous les pays limitrophes sont francophones. La connaissance du français offre donc aux Ghanéens une ouverture plus grande à l’emploi. On apprendrait donc le français à cette école ! Je suis revenue au pays en ne lui promettant rien, car je trouvais le projet énorme. J’en ai parlé à des amis, et spontanément, ils m’ont dit qu’ils allaient m’aider. Conjugué à une campagne de sociofinancement, un Gofundme, en janvier 2019, cela a fait en sorte qu’en février de la même année, il y avait des enfants à l’école ! » Une centaine d’enfants la fréquente aujourd’hui.

À la différence des endroits où pullulent les comités avant que des résultats se fassent sentir, là-bas, c’est 100 % efficace ! « Et Yaw est un modèle d’intégrité, se réjouit-elle, ce qui n’est pas toujours le cas lorsque vous êtes en mode survie. Tous les fonds se rendent et servent entièrement aux enfants. Il y a eu aussi une levée de fonds pour offrir l’eau courante aux élèves de notre école. Nous avons amorcé la construction de nouveaux pupitres pour respecter les règles sanitaires. Sans parler de cet échange de lettres fort touchant avec des enfants de 2e année de l’école Jardin-des-Lacs de Saint-Denis-de-Brompton ! »

Optimiste, intuitive, Dr Sauvé est un relais efficace entre ici et l’Afrique pour construire un futur plein d’espoir. Il y a tant de rêves à réaliser…

facebook.com/Niipoouk

fr.gofundme.com/f/une-ecole-francophone-a-kpemalenakpanduri-ghana

Mireille Fréjeau, Initiative de journalisme local, Journal L'Étincelle