Radio Basques, une nouvelle voix pour les Basques

·3 min read

Le paysage radiophonique bas-laurentien va bientôt s’enrichir avec l’arrivée de Radio Basques, une radio internet faite par et pour la communauté des Basques et dont la programmation sera axée sur le développement territorial.

Derrière ce projet, on retrouve Éric Dubois, un résident de Trois-Pistoles : « J’ai opéré un Airbnb l’année passée parce que j’avais envie d’accueillir des gens, mais comme je suis anticapitaliste, je me demandais quoi faire avec mon profit. Alors j’ai acheté un kit pour faire de la radio internet de qualité professionnelle. »

Quand M. Dubois a lancé l’idée de Radio Basques, il a été surpris de voir à quel point « ça a levé », preuve selon lui qu’il y avait un réel besoin. « Six personnes ont levé la main pour rejoindre le comité de démarrage, mais une pléiade de gens a le goût de contribuer d’une manière ou d’une autre. Ça prend une ampleur qu’on n’avait pas prévue au départ. »

Un entrepreneur du coin a même offert gratuitement une « solution technologique » à Radio Basques, qui disposera de son site web où on pourra écouter la station en continu et où seront archivés des balados.

Du fait maison, sans prétention

Dans un premier temps, toutes les émissions seront préenregistrées, et les personnes intéressées à faire du direct pourront éventuellement s’y former. « On commence en bas de l’échelle, avec une mentalité "Do it yourself" », résume Éric Dubois, qui se prépare d’ailleurs pour partir interviewer le professeur Bernard Vachon, spécialisé en développement local et résident de Saint-Mathieu-de-Rioux.

Chaque animateur pourra passer la musique qu’il souhaite et des discussions sont en cours avec la SOCAN en vue de l’acquisition d’une licence. Mais entre les émissions, la priorité sera donnée à des musiciens locaux qui veulent faire entendre leurs créations.

Éric Dubois aime le côté indémodable de la radio, qui a réussi à survivre malgré l’apparition de nouveaux médias et dont l’aspect non intrusif est plus apprécié que jamais : on peut l’écouter en faisant autre chose, ce que la vidéo ne permet pas.

Au-delà de ces considérations pratiques, la radio peut permettre de souder une communauté beaucoup plus diversifiée qu’elle n’en a l’air et qui ne se limite pas à Trois-Pistoles, selon l’instigateur de Radio Basques : « Les gens de Sainte-Rita méritent aussi qu’on entende parler d’eux! »

« Je constate que Les Basques attirent beaucoup de gens à la recherche d’un mode de vie alternatif, poursuit-il. Nous sommes une terre d’opportunités, et j’aimerais que la radio soit une vitrine de cela. Qu’elle démontre la vitalité de notre territoire et l’inventivité de notre population, et qu’elle incite d’autres personnes à suivre la même voie. »

La suite d’une tradition bas-laurentienne

Radio Basques ne sera assurément pas une station commerciale : au contraire, elle sera autogérée et à but non lucratif. L’antenne pourra parler de commerçants et artisans locaux, mais elle ne diffusera pas de publicités.

Éric Dubois dit s’inspirer de trois radios bas-laurentiennes existantes ou disparues. Tout d’abord, Radio Bic, qui émet depuis un an dans le village du Bic avec des moyens techniques très limités. Ensuite, Radio JAL, une radio communautaire du Témiscouata créée dans la foulée des Opérations Dignité. Et enfin, encore plus local, la radio pirate du dernier Rendez-vous des Grandes Gueules de Trois-Pistoles.

Une assemblée générale sera organisée en mars pour mettre officiellement le projet sur les rails. Quant à la programmation, elle devrait être présentée au courant du mois de mars.

Rémy Bourdillon, Initiative de journalisme local, Le Mouton Noir