Regarder du porno est-il mauvais pour la santé ? 5 experts répondent

The Conversation
·1 min read
<span class="caption">Les sites « pour adultes » ont fait beaucoup parler d’eux pendant le premier confinement.</span> <span class="attribution"><span class="source">Shutterstock</span></span>
Les sites « pour adultes » ont fait beaucoup parler d’eux pendant le premier confinement. Shutterstock

Pendant le confinement dû au coronavirus, le taux de visionnage de films pornographiques aurait grimpé en flèche, certains sites « pour adultes » entretenant le buzz en proposant un accès gratuit à leurs contenus pendant la durée de l’isolement.

Peut-être vous êtes-vous demandé à cette occasion si la consommation de contenus pornographiques pouvait avoir des effets délétères sur la santé ?

Nous avons posé la question à cinq experts.

Trois experts sur cinq ont répondu oui

Les principales préoccupations des experts interrogés portent sur le fait que la pornographie engendre des attentes irréalistes, qu’elle met en scène la violence sexiste et qu’elle peut comporter un risque de dépendance.

Certains experts ont cependant aussi suggéré que ces préjudices potentiels peuvent être désamorcés grâce à une éducation à la sexualité appropriée, et que dans certains cas, la pornographie peut jouer un rôle positif, notamment pour les jeunes LGBTIQ+ qui peinent à trouver des informations sur la sexualité par des voies classiques.

Voici leurs réponses détaillées :

La version originale de cet article a été publiée sur La Conversation, un site d'actualités à but non lucratif dédié au partage d'idées entre experts universitaires et grand public.

Lire la suite:

La version originale de cet article a été publiée sur La Conversation, un site d'actualités à but non lucratif dédié au partage d'idées entre experts universitaires et grand public.

Lire la suite:

Cécile Vuillermoz et Leticia Bertuzzi ne travaillent pas, ne conseillent pas, ne possèdent pas de parts, ne reçoivent pas de fonds d&#39;une organisation qui pourrait tirer profit de cet article, et n&#39;ont déclaré aucune autre affiliation que leur poste universitaire.